Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Savoie, le mouvement des Stylos Rouges prend forme chez les enseignants

mardi 8 janvier 2019 à 19:50 Par Luc Chemla, France Bleu Pays de Savoie

Elèves et enseignants ont repris le chemin de l’école cette semaine. Une rentrée marquée par la colère des professeurs, qui prend de l’ampleur. Ils se sont même réunis derrière un nom, les Stylos Rouges. En Savoie, le mouvement prend forme et commence à se structurer.

Capture d'écran compte Facebook Stylos Rouges.
Capture d'écran compte Facebook Stylos Rouges.

Savoie, France

La colère monte.  Alors que l’actualité est marquée depuis novembre par les manifestations des gilets jaunes, un autre mouvement contestataire émerge, celui des enseignants. Surnommé les Stylos Rouges, il rassemble des professeurs de l’Education Nationale, tout degrés confondus, et vise à porter leurs revendications auprès du gouvernement. Ils demandent notamment de meilleure conditions de travail et l'arrêt des suppressions de postes. Un groupe Facebook a été créé et il compte, actuellement, près de 60.000 personnes

Une centaine de professeurs ont déjà rejoint le mouvement

Le mouvement est donc national mais se structure petit à petit au niveau départemental. En Savoie, c’est Sophie, professeur dans un lycée près de Chambéry, qui en est la représentante. Elle revient sur le point de départ de sa démarche. « _J’_avais déjà cette envie de changer les choses. Durant les vacances de fin d’année, j’ai contacté les Stylos Rouges au niveau national et quand les groupes académiques sont apparus, j’ai naturellement proposé d’aider. »

Selon elle, une centaine de professeurs ont déjà rejoint le mouvement dans le département, et ce n’est que le début. « On est dans une _phase de recrutement_, on sensibilise nos collègues, pour les faire adhérer à notre cause. On prépare aussi des rendez-vous ». Une réunion est d’ailleurs prévue ce samedi, 12 janvier, au matin près de Chambéry.  

"C'est un ras de bol qui existe depuis plusieurs années"

Parmi les revendications, le dégel du point d’indice, qui permet de calculer les salaires dans la fonction publique, mais aussi :  « _de meilleures conditions pour nos élèves_, par rapport notamment aux effectifs dans les classes et aux moyens alloués », explique Sophie. Autre volonté exprimée, « que l’on soit reconnu dans notre fonction d’enseignant, que l’on reconnaisse que nous sommes utiles à la société ».  

Les contestataires savoyards sont pour le moment rassemblés au sein du groupe Facebook Stylos Rouges, de l’académie de Grenoble. 

Que l'on reconnaisse que les enseignants sont utiles à la société"

Pour Sophie, « un ras-de-bol existe depuis plusieurs années. On remarque que de plus en plus d’élèves ont des troubles d’apprentissage, et que nous n’avons pas les moyens pour les aider à surmonter ces difficultés. Si les professeurs sont dans de meilleures conditions, les élèves le seront aussi et auront un meilleur enseignement. »

L’ancienne professionnelle de santé en est persuadée, « la souffrance de certains enseignants est telle que notre mouvement ne va pas s’essouffler tout de suite ». 

Soutien de certains parents

Les Stylos Rouges savoyards n’en sont qu’à leurs débuts mais ils ont déjà le soutien de certains parents d’élèves. « J’ai des collègues qui ont reçu des petits mots d’encouragement dans les cahiers des élèves. Cela motive, on a envie de continuer, de créer une nouvelle école plus adaptée à nos élèves. »

Enfin, Sophie insiste bien, «  on n’est pas apparentés aux gilets jaunes. On les respecte mais c’est vrai que l’on s’est senti un peu oubliés suite à l’allocution du président de la République. On a donc voulu créer notre mouvement à côté, qui est vraiment lié à la fonction d’enseignant et porte nos revendications ».

Le mouvement en est donc qu'à son commencement et n'a pas fini de faire couler de l'encre.