Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le mur anti-migrants construit près de Tarbes a été détruit

mercredi 26 juillet 2017 à 12:23 Par Julien Baldacchino, France Bleu Béarn, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le mur érigé lundi par des habitants de Séméac, près de Tarbes, près d'un local destiné à accueillir des migrants, a été détruit, a annoncé mercredi la préfecture des Hautes-Pyrénées. Les riverains disent avoir obtenu satisfaction quant à leurs propositions.

Le mur avait été construit à proximité de l'hôtel
Le mur avait été construit à proximité de l'hôtel © AFP - STRINGER / COLLECTIF SEMEAC

Il aura tenu debout quelques heures à peine : le mur érigé lundi par des opposants à l'accueil de demandeurs d'asile a été détruit ce mercredi matin. Il avait été bâti en quelques heures par des habitants de Séméac, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), opposés au projet d'accueil, dans un hôtel, de demandeurs d'asile .

Ce sont les membres du collectif eux-mêmes qui ont "fait tomber" ce mur : "On avait fait des propositions qui ont été acceptées par l'Adoma [le gestionnaire du centre d'accueil, ndlr], on est satisfaits", a déclaré le responsable du collectif d'opposants, Laurent Teixeira. La préfecture a confirmé la destruction.

Manque de concertation ?

Lundi matin, ce mur long de 18 mètres avait été bâti à proximité de l'hôtel Formule 1 censé accueillir prochainement des migrants demandeurs d'asile. "Nous ne sommes pas contre l'accueil (...) mais il faut prendre également en compte les citoyens", déclarait lundi le porte-parole du collectif, qui dénonçait un manque de concertation avec les riverains.

Pour l'heure, les termes de l'accord qui a été obtenu entre le collectif et l'Adoma ne sont pas connus. Une réunion de concertation était prévue vendredi à la préfecture.