Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le nîmois Nicolas Cadène, rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité harcelé sur Twitter

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Nicolas Cadène n'imaginait pas que le message annonçant la naissance de son enfant sur Twitter allait provoquer un tel déferlement de haine. A travers lui, c'est l'Observatoire de la laÏcité dont il est le rapporteur général qui est visé.

Nicolas Cadène, Rapporteur Général de l'observatoire de la Laïcité
Nicolas Cadène, Rapporteur Général de l'observatoire de la Laïcité © Radio France - Tony Selliez

A l'origine de la campagne de dénigrement dont le Nîmois Nicolas Cadène est victime depuis début août, un simple message posté sur son compte Twitter personnel. La photo de la menotte d'un nouveau-né, accompagné de cette phrase : "que du bonheur !" pour annoncer la naissance de son enfant.  En réponse, de nombreux messages de félicitations mais aussi de très nombreux messages haineux. "Je ne pensais pas que le simple fait de partager un bonheur qui, je crois , devrais nous ramener à l'essentiel et nous écarter d'éventuels désaccords politiques ou sur le débat d'idées puisse finalement susciter autant de haine. C'est toute la problématique des réseaux sociaux."

"On n'est pas sur de la raison, on n'est que sur de la passion" 

A travers Nicolas Cadène, c'est l'Observatoire de la laïcité qui est visé. "Il est un de ceux qui tuent notre nation, traître à la République," peut-on lire. "Ces gens ne permettent pas un débat serein, on n'est pas sur de la raison, on n'est que sur de la passion. Certains relaient sans avoir lu. "La "loi Avia" , promulguée le 24 juin 2020 qui visait à lutter contre les contenus haineux sur internet a été largement retoquée par le Conseil Constitutionnel. L'obligation pour les réseaux sociaux de retirer en 24 heures les contenus illégaux n'ayant pas été jugée compatible avec la liberté d'expression.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess