Société

Le niveau de sûreté nucléaire est globalement satisfaisant en Occitanie

Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault mardi 3 octobre 2017 à 16:27

illustration
illustration © Maxppp -

L'autorité de sûreté nucléaire (ASN) a dressé ce mardi le bilan de l'année 2016 en Occitanie : 130 inspections ont été réalisées, 95 anomalies ou incidents ont été déclarés, mais seulement sept de niveau 1.

L' ASN est un organisme indépendant chargé de contrôler les installations radioactives en France.

Dans la région Occitanie, cela va de la centrale de Marcoule (Gard) à la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne) en passant par l'usine Areva de Malvesi près de Narbonne (Aude), les appareils d'imagerie médicale à l'hôpital et dans les cabinets et le transport de matières radioactives.

95 incidents ou anomalies au cours de l'année 2016

L'an dernier, un total de 130 inspections ont été effectuées et 95 anomalies ou incidents déclarés (dont 7 de niveau 1). Ce sont des événements sans gravité comme par exemple, une personne qui fait une radio et qui ne sait pas qu'elle est enceinte ou un colis radioactif mal fixé pendant son transport.

Au regard de ces inspections, l'ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de radioprotection reste globalement satisfaisant dans la région.

Les substances radioactives transportées dans l'Hérault

Il y a deux types de transport :

  • Le fluor 18, utilisé en médecine qui voyage quotidiennement par camion depuis le Gard vers les hôpitaux du département
  • L'uranium, utilisé dans l'industrie nucléaire.

Chaque semaine, l'uranium arrive par la mer au port de Sète sous forme de petits gâteaux qu'on appelle les "yellow cakes", placés dans des fûts. Les fûts partent dans des camions vers l'usine Areva de Malvesi près de Nabonne, où l'uranium est transformé (converti). Il est ensuite acheminé en train vers la centrale de Pierrelatte, dans la Drôme.

Des militants anti nucléaire lors de la conférence de presse de l'ASN - Radio France
Des militants anti nucléaire lors de la conférence de presse de l'ASN © Radio France - Sébastien Garnier

Avant le début de la conférence de presse de l'ASN, deux collectifs antinucléaires se sont manifestés, pour dénoncer notamment l'absence de contrôles par l'ASN de l'état des voies ferrées. "Ce n'est par le rôle du transporteur. La SNCF n'a pas à sa tête des ingénieurs du nucléaire", estime Dominique Malvaud du collectif Stop Nucléaire.

L'an dernier, l'ASN a effectué 11 inspections dans le transport de substances radioactives et relevé six anomalies (exemples : des fûts mal attachés lors de leur transport et des fûts qui contenaient des traces de radioactivité à l'extérieur et qui ont dû être décontaminés.)

Par ou passent et quelles sont les substances radioactives transportées dans l'Hérault ?