Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Jublains, le nom de Jules Houdou, un poilu oublié par erreur, sera gravé sur le monument aux morts

samedi 10 novembre 2018 à 4:01 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Le nom de Jules Houdou, un habitant de Jublains mort en 1917, a été gravé par erreur sur le monument aux morts de Parigné-sur-Braye, où vivait son frère. L'erreur va être réparée, 100 ans après l'armistice. Il va retrouver ses amis de Jublains, tombés comme lui au front.

Il manque le nom de Jules Houdou sur le monument aux morts de Jublains.
Il manque le nom de Jules Houdou sur le monument aux morts de Jublains. © Radio France - Charlotte Coutard

Jublains, France

L'erreur va être réparée, cent ans après. On commémore ce week-end le centenaire de la fin de la première guerre mondiale. À Jublains, les noms de 57 poilus morts au front sont inscrits, comme il se doit, sur le monument aux morts de la commune. Mais l'un d'eux a été oublié.

Le nom de Jules Houdou oublié

Le 58ème poilu de Jublains, mort pendant la Grande Guerre, s'appelait Jules Houdou, mobilisé en 1914, mort en 1917 près de  Reims. C'est en faisant des recherches sur les soldats de Jublains, dans le but d'écrire un livre, que Raphaël Veillepeau, retraité et passionné d'Histoire, a découvert l'oubli. En fait le nom de Jules Houdou est bien inscrit sur un monument aux morts en Mayenne, mais à Parigné-sur-Braye, où son frère aîné était agriculteur. C'est une erreur.

"Il y a une lacune, on doit la réparer" - Raphaël Veillepeau.

Raphaël Veillepeau a retrouvé la trace de Jules Houdou.

"En épluchant de manière systémique le registre d'état civil, je me suis rendu compte qu'il y avait sur le registre d'état civil de Jublains, l'acte de décès de Jules Houdou, né à Grazay, mais qui n'apparaissait pas sur le monument aux morts de Jublains, alors qu'en toute logique, il aurait dû y figurer", détaille Raphaël Veillepeau. "J'ai aussitôt vérifier sur le monument aux morts de Grazay, il n'y était pas non plus. Je me suis dit il y a une lacune, on doit la réparer, surtout qu'un loi récente fait obligation d'inscrire sur le monument aux morts, soit de lieu de naissance, soit du lieu de résidence, d'inscrire le nom de tout soldat mort pour la France", ajoute l'historien amateur.

Mort au front à 25 ans

Jules Houdou, est né en 1892, il a été mobilisé dès 1914. "Il est au service militaire lorsque la guerre est déclarée, il est entraîné, et il peut partir immédiatement avec son régiment", raconte Raphaël Veillepeau. Jules Houdou participe à la bataille de la Marne, celle de la Somme, il est blessé puis repart au combat, pour la grande offensive de champagne, il est tué en avril 1917, dans la Marne, à une quinzaine de kilomètre au Nord de Reims. "Il fait l'objet d'une citation à l'ordre du régiment, où on dit que c'est un canonnier dévoué, consciencieux, et on lui décerne la croix de guerre", poursuit le retraité de Jublains.

"Un canonnier dévoué, consciencieux".

Le nom de Jules Houdou aurait donc dû être inscrit sur le monument aux morts de Jublains, à côté de ses amis tombés au front. L'erreur va être réparée le 1er décembre prochain, son nom va être rajouté sur le monument aux morts. La secrétaire d'État auprès de la Ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, devrait faire le déplacement.

L'histoire de Jules Houdou : reportage France Bleu Mayenne.

Et Jules Houdou n'est le seul poilu Mayennais victime d'une erreur. Les noms de trois soldats, tués pendant la première guerre mondiale, seront gravés ce dimanche sur le monument aux morts de la commune de Niafles. Ces hommes sont nés dans la commune mais n'avaient jamais été répertoriés. Un oubli réparé, là aussi, cent ans après la fin de la Grande Guerre.

Le monument aux morts de Jublains. - Radio France
Le monument aux morts de Jublains. © Radio France - Charlotte Coutard

Un hommage aux 58 poilus de Jublains

Grâce à ses recherches, Raphaël Veillepeau a écrit un livre, "Je n'ai fait que mon devoir", dans lequel il redonne une existence aux 58 poilus de Jublains, il raconte leur courte vie. Ce livre a été illustré par les élèves de CP-CE1 de l'école de Jublains. Comme Raphaël Veillepeau n'a retrouvé que deux photos des 58 poilus, les élèves ont dessiné chaque soldat, à partir du descriptif réalisé dans leur livret militaire.

Raphaël Veillepeau a écrit un livre sur la vie des 58 poilus de Jublains, "Je n'ai fait que mon devoir". - Radio France
Raphaël Veillepeau a écrit un livre sur la vie des 58 poilus de Jublains, "Je n'ai fait que mon devoir". © Radio France - Charlotte Coutard

"Temps qu'on se souvient de nous, on ne meurt pas comme on dit. Je pense que ce sacrifice énorme mérite que l'ensemble des collectivités puissent se souvenir de ceux qui ont participé à ce sacrifice. Et ce livre est une trace vivante qu'on va pouvoir garder avec soi", salue le maire de Jublains, Pierrick Tranchevent. 

"On peut se souvenir de qui ils étaient".

"La deuxième chose qui me parait remarquable dans ce livre, c'est le fait que les enfants l'aient illustré. À travers ce travail historique, on peut se souvenir de qui ils étaient, où ils habitaient, où il sont morts, quel a été leur parcours de soldat", ajoute l'élu.

Pierrick Tranchevent, le maire de Jublains, salue aussi le travail des enfants de l'école.

Les enfants de l'école de Jublains présenteront leur travail le 1er décembre, lors de la cérémonie autour du monument aux morts.

Raphaël Veillepeau a écrit un livre sur la vie des 58 poilus de Jublains, "Je n'ai fait que mon devoir". - Radio France
Raphaël Veillepeau a écrit un livre sur la vie des 58 poilus de Jublains, "Je n'ai fait que mon devoir". © Radio France - Charlotte Coutard