Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le nombre d'internes en médecine augmentera de 20% à la rentrée en Centre Val-de-Loire

-
Par , France Bleu Orléans

Le Premier ministre l'a fait savoir ce mercredi : le numerus clausus n'augmentera pas à la rentrée prochaine en Centre Val-de-Loire (le nombre de places en faculté de médecine à Tours), mais il y aura 255 postes d'internes dans des hôpitaux de la région (contre 214 prévus au départ).

Cabinet médical à Tours
Cabinet médical à Tours © Maxppp -

Orléans, France

Le nombre de postes d'internes en médecine en Centre Val-de-Loire passera de 214 à 255 en  Centre Val-de-Loire : le Premier ministre Edouard Philippe l'a annoncé mercredi dans un courrier aux parlementaires de la majorité de la région qu'il avait reçus à Matignon le 12 mai dernier. En revanche, le numerus clausus (le nombre d'étudiants admis en faculté de médecine) n'augmentera pas à la rentrée prochaine.

Pour Stéphanie Rist, députée LREM du Loiret, co-rapporteure de la loi santé 2019, c'est une bonne nouvelle pour lutter contre le manque de médecins dans la région : "suite à notre mobilisation (...), nous obtenons une hausse de 20% du nombre d'internes, qui seront médecins dans trois ou quatre ans". Mais pour le président (PS) du conseil régional, qui s'était mobilisé contre la décision du doyen de la faculté de médecine de Tours de ne pas augmenter le numerus clausus, ce n'est qu'un "premier pas, une étape certes indispensable mais insuffisante"

François Bonneau, président de la région Centre Val-de-Loire. - Radio France
François Bonneau, président de la région Centre Val-de-Loire. © Radio France - Antoine Denéchère

François Bonneau "regrette que le numerus clausus ne soit pas augmenté à la rentrée 2019" : "le nombre d'internes va être porté à 25, soit. Mais il faut absolument que des internes soient nommés sur ces postes car on a connu, dans notre région, des postes qui étaient ouverts mais il n'y avait pas d'internes dessus : il faudra donc 255 internes en poste dès septembre, et sur tous les hôpitaux de la région. Il ne s'agit pas de faire une hyper concentration sur tel CHU ou CHRO, mais il faut des internes à Orléans et dans tous les départements !" François Bonneau réclame "un numerus clausus à 340 et donc un nombre d'internes de 340" pour lutter contre la désertification médicale.

Choix de la station

France Bleu