Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le nombre de déchets sur le bord des routes normandes a triplé en 10 ans

Des canettes, des paquets de cigarettes ou même des frigos : en dix ans, le nombre de déchets jetés sur les accotements a triplé. Rien qu'en 2019, les agents de la direction interdépartementale des routes Nord-Ouest (Dirno), dont dépendent les routes normandes, en ont ramassé plus de 1.500 tonnes.

En un an, les agents ont ramassé 37,8 tonnes sur la RN13 entre Caen et Bayeux.
En un an, les agents ont ramassé 37,8 tonnes sur la RN13 entre Caen et Bayeux. © Maxppp - Mehdi Gherdane

Sur le bord des routes, les agents de nettoyage voient de tout : des bouteilles en plastique, des emballages, des bidons d'urine mais aussi des déchets plus lourds comme des canapés ou des jouets cassés. Et leur nombre a été multiplié par trois depuis 2011 selon la direction interdépartementale des routes Nord-Ouest.

"La route n'est pourtant pas une poubelle", rappelle Benoit Hauchecorne, le responsable du district de la Manche et du Calvados. Pour lui, si le nombre de déchets augmente, c'est pour une raison simple : les habitants qui veulent se débarrasser de leurs encombrants profitent de ces espaces pour le faire en pensant que personne ne regarde.

Comme on ne peut pas être sur le réseau partout en même temps, les gens ont un sentiment d'impunité, pas vu pas pris ... alors ils continuent.

Et les incivilités n'ont pas diminué en 2020 malgré les deux confinements de mars et de novembre. On ne connaît pas encore les chiffres exacts mais la tendance reste la même que pour l'année 2019.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des détritus qui coûtent cher

En plus de polluer, ces déchets ont un coût. En 2019, la direction interdépartementale des routes Nord-Ouest a dépensé 300.000 euros d'argent public pour les ramasser. "On préférerait les utiliser pour améliorer le réseau routier", déplore Benoit Hauchecorne. 

Le responsable du district Manche et Calvados regrette également le danger que font courir ces dépôts sauvages : "Nos agents doivent être le long des routes pour ramasser ces objets et _plus on passe de temps le long des routes, plus il y a de danger et de risques d'accident_."

Quand on est le long des routes et que les véhicules roulent à 130 kilomètres heure, pour nos agents, il y a systématiquement un danger.

Les responsables du service routier rappellent que la loi sanctionne les dépôts sauvages et que les contraventions peuvent monter jusqu'à 450 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess