Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le nombre de naissances baisse en France pour la troisième année consécutive

mardi 16 janvier 2018 à 12:57 Par Magali Fichter, France Bleu

767.000 bébés sont nés en France en 2017, selon une étude publiée ce mardi par l'Insee. C'est 17.000 de moins qu'en 2016, soit une baisse d'un peu plus de 2%. Le taux de fécondité s'élève à 1,88 enfant par femme, mais la France reste tout de même le pays européen le plus fécond.

La natalité est en baisse en France
La natalité est en baisse en France © Maxppp -

Nous sommes désormais 67,2 millions d'habitants en France, selon l'Insee, soit une croissance de 233.000 personnes en un an. Mais le problème, c'est que le nombre de naissances baisse encore en 2017, tout comme en 2016 et 2014, selon les chiffres publiés ce mardi par l'institut. 767.000 bébés sont nés l'année dernière, c'est-à-dire 17.000 de moins qu'en 2016 (-2,1%). 

Une population qui vieillit et moins d'enfants par femmes

C'est lié au fait qu'il y a moins de femmes en âge d'avoir des enfants : la tranche des 20-40 ans est passée de 9,3 millions en 1995 à 8,4 millions en 2017, puisque celles qui sont nées pendant le baby-boom, entre 1946 et 1973, ont tout simplement vieilli. De plus, le taux de fécondité baisse lui aussi pour la troisième année consécutive : il s'établit à 1,88 enfant par femme en 2017, contre 1,92 en 2016 et deux enfants en 2014, même si nous restons pour l'instant les champions d'Europe de la fécondité.

Toujours avec le vieillissement des générations du baby-boom, le nombre de décès a augmenté dans le même temps : 603.000 personnes sont mortes en 2017, soit 9.000 de plus qu'en 2016. Un taux de mortalité aggravé par l'épidémie de grippe qui a démarré fin 2016, et qui a touché surtout les personnes âgées. 

Résultat, le "solde naturel", c'est à dire la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès, est "historiquement bas" selon l'Insee, même s'il reste positif : + 164.000 personnes. Pour arriver à la croissance de 233.000 personnes entre 2016 et 2017, il faut ajouter le solde migratoire, c'est à dire la différence entre les personnes entrées et sorties du territoire : + 69 0000 personnes.

La population française au 1er janvier 2018 - Visactu
La population française au 1er janvier 2018 © Visactu -