Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'hôpital de Thionville "oublié" par la patrouille de France ? "Il a fallu faire des choix", répond l'armée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

Une vingtaine de maires et de présidents de com-com du Nord de la Moselle protestent contre "l'oubli" de l'hôpital Bel-Air de Thionville dans l'hommage de la patrouille de France aux soignants, qui survolera Metz, Sarreguemines et Forbach. L'armée de l'air leur répond.

La Patrouille de France (illustration).
La Patrouille de France (illustration). © Radio France - Jérôme Collin

Les avions de la patrouille de France qui survolent "tous" les principaux hôpitaux du Grand-Est pour rendre hommage au personnel soignant, l'idée est belle, l'hommage est fort. Mais il fait aussi des déçus. Alors que les avions de l'armée de l'air doivent effectuer un survol en forme d'hommage jeudi 16 et vendredi 17 juillet au-dessus de quinze hôpitaux de la grande région, les maires du nord de la Moselle dénoncent dans un communiqué commun un oubli : l'hôpital de Thionville

Le deuxième site sanitaire de Moselle "oublié" ?

"Nous déplorons que soit oublié le site de Bel-Air, situé au coeur de Thionville, deuxième site sanitaire de Moselle, fortement impliqué dans la gestion de l'urgence sanitaire", déplorent les 18 signataires, parmi lesquels les maires de Thionville, Yutz, Terville, Fontoy, Manon, Basse-Ham, ou encore les présidents des communautés de communes du Bouzonvillois, de Cattenom, du Val de Fensch, du Val d'Alzette et de l'Arc Mosellan. 

J'ai eu le leader de la patrouille de France au téléphone. C'est lui qui m'a appelé, mais je comprends bien qu'il n'y est absolument pour rien, ils suivent un plan de vol

Le maire de Thionville, Pierre Cuny, trouve "un peu dommage" cet oubli : "A partir du moment où on suvole Sarreguemines, Forbach et Metz, je trouve un peu dommage que le deuxième établissement sanitaire de Moselle ne soit même pas mentionné ou signalé dans cet hommage qui par ailleurs est un très bel hommage. J'aurais simplement aimé que dans le plan de vol mentionne que l'hôpital de Metz est bien le CHR de Metz-Thionville, et que c'est un hôpital qui marche sur deux pieds. Les soignants travaillent à la fois à Metz et à Thionville"

"On avait 150 demandes, on n'a pas pu satisfaire tout le monde" répond l'armée

L'armée de l'air a pris le temps de répondre, ce mercredi après-midi, à Pierre Cuny et aux élus mosellans : "On peut comprendre les déceptions, puisque la patrouille de France ne pourra pas survoler tout le monde. On a dû faire des choix, en lien avec les Agences régionales de santé qui au départ voulaient qu'on survole près de 150 établissements", explique le colonel Cyrille Duvivier, porte-parole de l'armée de l'air. "Il a fallu choisir trente établissements sur toute la France, car la patrouille de France doit gérer des contraintes en termes de carburants, en terme de fumigène, il y a des contraintes d'espace aérien et de caps d'arrivées sur les hôpitaux", ajoute le militaire. Au final, le choix a été laissé à l'Agence régionale de santé pour le choix des hôpitaux élus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess