Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le nouveau boucher de Fresselines en Creuse est 100% local

-
Par , France Bleu Creuse

Repreneur de la boucherie de Fresselines, Gérard Nieto s'approvisionne dans les fermes alentour. Avec son employé, il met en avant les viandes locales. De son côté, la municipalité se réjouit du retour de ce commerce de bouche.

Gérard Nieto et Rémi Dorangeon au travail
Gérard Nieto et Rémi Dorangeon au travail © Radio France - Fabien Arnet

Il y a un nouveau boucher à Fresselines. Gérard Nieto, 51 ans, un natif de Carcassonne qui a longtemps fait carrière dans la grande distribution, notamment dans la ville d'Aigurande (Indre), à quelques kilomètres. "J'avais envie de travailler autrement, de faire ce que je veux vraiment."

"Je me fournis chez un petit producteur de Méasnes pour toutes les volailles : pintades, canards, dindes, poulets... je fais de la viande limousine avec des éleveurs autour de Fresslines, pareil pour le porc, et je fais moi-même les charcuteries : saucisson à l'ail, boudin à l'oignon, fricandeau, pâté de tête, pâté de foie, pâté de campagne, pâté de couenne, les saucisses, et quelques spécialités du sud de la France."

Par ailleurs, l' employé de la boucherie, natif de Fresselines et formé sur place, fera des tournées en camion "dès qu'on en aura un". Les tournées seront faites de Crozant à Chéniers, et d'Orsennes (Indre) à La Celle-Dunoise.

"Pour moi c'est important de servir des gens qui n'ont plus beaucoup de commerces et qui ne peuvent pas se déplacer. Et puis nos prix sont raisonnables."

Le bâtiment, construit il y a à peine 2 ans
Le bâtiment, construit il y a à peine 2 ans © Radio France - Fabien Arnet

La boucherie proposera aussi un service de découpe pour les éleveurs du coin, à condition que la viande ait été préalablement décolonnée.

La boucherie de Fresselines était fermée depuis un an, au grand dam du maire, Vincent Fortineau. "C'est un commerce important, mais après le départ de l'ancien boucher, _on n'a jamais perdu espoir_. On a diffusé des annonces sur "le bon coin" et dans le magazine "SOS Villages". On a eu pas mal de visites mais on n'avait pas concrétisé avant l'arrivée de M. Nieto."

Il y a 2 ans, l'installation d'une boucherie dans un bâtiment neuf avait coûté 200 000 euros.

L'avenir de la boucherie semble assurée. L'employé, Rémi Dorangeon, 22 ans, est enthousiaste à l'idée de reprendre l'affaire à l'avenir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu