Société

Le nouveau président du Conseil départemental d'Indre-et-Loire évoque publiquement sa maladie

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine mardi 16 juin 2015 à 18:06

Jean-Yves Couteau, le président du Conseil départemental d'Indre-et-Loire
Jean-Yves Couteau, le président du Conseil départemental d'Indre-et-Loire © Capture d'écran du blog : jean-yvescouteau.blogspot.fr

Le président du Conseil départemental d'Indre-et-Loire, l'UDI Jean-Yves Couteau, a donc dévoilé à la presse sa maladie. Il affirme avoir subi une greffe de foie et indique affronter la maladie depuis plusieurs mois. Une maladie qui a peu d'impact sur sa vie professionnelle selon lui. Il a été élu le 2 avril dernier.

C'est au détour d'un entretien avec nos confrères de la Nouvelle République que Jean-Yves Couteau évoque sa santé. Il dit en avoir déjà parlé publiquement mais jusque là aucun média n'avait relayé ses ennuis de santé. Le président du Département dit encore avoir deux séances de chimiothérapie le mois prochain . Il dit aussi s'organiser dans son travail en emmenant des dossiers à l'hôpital.

Les décisions se prennent par téléphone

"On fonctionne différement " dit Pierre Louault, l'un des vice-président qui reconnaît que les consultations, les décisions, se font et se prennent très souvent au téléphone. Pierre Louault qui est très clair au sujet des capacités intellectuelles de Jean-Yves Couteau. "Sa lucidité est totale " dit-il. Mais lui, comme beaucoup d'autres membres de la majorité refusent de commenter l'état physique de Jean-Yves Couteau. Philippe Briand, Jean Gérard Paumier, Alexandre Chas ou encore Olivier Le Breton refusent de s'exprimer. Il faut rappeler que Jean-Yves Couteau qui est centriste, a été choisi par Philippe Briand pour diriger la collectivité. Jean-Yves Couteau était déjà malade. Une façon peut être de lui confier ce poste à responsabilités pour que dans cette période difficile, il relègue la maladie au second plan.

"J'en ai marre qu'on raconte n'importe quelle connerie"

Jean-Yves Couteau nous a accordé un entretien où il précise ne pas comprendre qu'on parle de sa maladie. "Cela n'a rien d'intéressant " dit-il. "C'est disproportionné ". "J'ai eu envie de dire les choses parce que j'en ai marre que sous le manteau, on dise n'importe quelle connerie. Là c'est moi qui le dit. Et puis voilà, point! On peut avoir une activité professionnelle normale ".

JY Couteau 18h

Neuf patients atteints d'un cancer sur dix sont en arrêt de travail

Selon Gilles Calais, professeur en cancerologie au CHRU de Tours, 9 patients atteints d'un cancer sur 10 qui sont en âge d'avoir une activité professionnelle sont en arrêt de travail pendant la période du traitement. Pour autant, les traitements n'altèrent pas les facultés de décision. Cela induit juste une fatigue supplémentaire .