Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le Nutri-score sera fatal aux produits du terroir" Frédéric Monod, directeur de la Fromagerie des Cévennes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le Nutri-score sera-t-il fatal aux pélardons et aux fromages AOP ? Frédéric Monod, le directeur de la Fromagerie des Cévennes installée depuis 62 ans à Moissac Vallée Française (Lozère) en est persuadé. Il se bat depuis deux ans contre cet étiquetage qu'il juge "punitif".

Les pélardons en salle d'affinage
Les pélardons en salle d'affinage - Fromagerie des Cévennes

Frédéric Monod, le directeur de la Fromagerie des Cévennes installée à Moissac-Vallée-Française (Lozère) ne décolère pas contre le Nutri-score. Ce système d'étiquetage nutritionnel qui classifie les produits préemballés grâce à une note et un code couleur allant de vert à rouge. A et vert, c'est bon pour la santé, E et rouge, c'est un produit de mauvaise qualité nutritionnelle. "90% des fromages ont une note D ou E, le pélardon est noté D, de mauvaise qualité nutritionnelle s'étrangle-t-il. Le Nutri-score instaure le fait qu'il faut obliger les fabricants à transformer les recettes pour avoir une meilleure qualité nutritionnelle. Pour tous ceux qui fabriquent des produits AOP, c'est impossible car nous sommes soumis à un cahier des charges scellé par un décret de la République. Les AOP sont aussi soumis à une réglementation européenne, on ne peut pas transformer une recette ! Je ne pense pas que ce soit ce que veulent les consommateurs.

"Nous allons devenir des gens qui faisons de la chimie comestible."

"Des terroirs et des hommes derrière nos produits" 

Pour Frédéric Monod, cet étiquetage voue son entreprise à une mort certaine. "Je ne suis pas contre Nutri-score pour les aliments industriels, hyper-transformés dans lesquels on met des aditifs, des compléments, pour informer les consommateurs précise-t-il. Nous, ce sont des terroirs derrière nos produits, c'est du lait, des ferments, de la présure, c'est tout ce qu'on a. Et un cahier extrêmement strict au niveau de l'obtention de ces matières premières. Ces matières premières nobles rentrent par la porte de l'excellence dans nos ateliers de fabrication et elles en sortent avec un bonnet d'âne. _Nutri-score, c'est un marketing punitif_. C'est un système que je trouve accusatoire alors que tous les scientifiques ne sont pas d'accord. Notamment l'INAO (Institut national des appellations d'origine) qui nous soutient et qui dit que Nutri-Score n'est pas bon pour les fromages."

Des alertes restées sans réponse 

Depuis 2019, le directeur de la Fromagerie des Cévennes tente d'alerter, à tous les niveaux. Ses courriers au nutritionniste qui a mis au point le Nutri-score sont restés lettre morte. Même chose au ministère de l'agriculture. Seuls quelques politiques locaux le soutiennent comme le député de la Lozère, Pierre Morel-à-l'Huissier ou la présidente de la région Occitanie, Carole Delga. "C'est une législation européenne donc tout ce que les députés ou les sénateurs français pourront faire n'a aucune chance d'aboutir. On s'aperçoit de l'absence totale de dialogue entre l'Europe et les citoyens. On est obligé de bouger des montagnes parce qu'on est tout petit mais _ce système va faire énormément de mal aux produits du terroir_." Le risque surtout, c'est que les consommateurs boudent à terme ces produits classés en rouge. "Leurs prix vont baisser. Qui va les acheter ? Les pauvres ! C'est odieux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess