Société

Le parcours BMX "Mélèze Park" à Chaux sur le point de disparaître

Par Lorrain Sénéchal, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 9 mars 2015 à 6:00

Le parcours BMX est "dénaturé" pour l'association qui le gère
Le parcours BMX est "dénaturé" pour l'association qui le gère © Radio France - Lorrain Sénéchal

Un polémique a enflé entre mairie et association après l'abattage par la commune des arbres sur le site de vélo cross. Le point d'orgue a été atteint ces derniers jours avec la rupture du bail par la mairie. Les amateurs de BMX doivent partir, tout comme le festival Red Light Jam qui attirait 3.000 personnes.

Le "Mélèze Park" de Chaux, ce parcours de vélo-cross BMX entre Valdoie et Giromagny n'existera bientôt plus. Tout est parti des arbres. Ces mélèzes, qui donnent son nom au site. Le maire les a fait couper parce qu'il les estimaient malades et dangereux. L'association All-90 qui gère le parcours s'est vivement opposé.

"Plein de petites choses"

Finalement la semaine dernière la mairie a rompu le bail. Pour le maire de Chaux André Piccinelli l'association All-90 n'a pas respecté le contrat, elle "a construit un plan d'eau dangereux derrière le site, et elle ne nous a jamais présenté d'attestation d'assurance. C'est plein de petites choses comme ça qui nous conduisent à interrompre notre travail commun", explique le maire.

bmx pif 12H

C'est un coup dur pour Régis Templier, de l'association All-90. Avec l'abattage des arbres, il estime le site "dénaturé, ça ressemble à un terrain vague". Régis Templier a d'ailleurs fait appel à l'association France Nature, qui est venue sur place, et pour qui un seul arbre était malade. Quant aux attaques de la mairie sur les assurances et le plan d'eau, l'association All-90 affirme avoir toujours été en règle.

bmx paf 12H

La polémique pourrait terminer devant les tribunaux : l'association All-90 réfléchit à porter plainte, et la mairie a reçu des messges d'insultes et veut aussi aller en justice.

Et puis il y a le festival, le Red Light Jam, qui attirait 3.000 personnes au mois de juin depuis 3 ans. Pour 2015 "c'est fichu" dit Régis Templier, mais il espère le faire revivre en 2016 dans le nord-Doubs.

Le reportage complet de Lorrain Sénéchal