Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le patou, meilleur ami du mouton

jeudi 27 août 2015 à 3:27 Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie

Chaque été des randonneurs se retrouvent, au détour d'un sentier, face à un chien patou montrant les crocs. Parfois ils se font mordre. Ils appréhendent la rencontre, et les éleveurs, eux, se sentent "mal vus". Mais ils n’ont que cette solution pour défendre les troupeaux face au loup. À Bessans, en Haute-Maurienne, les éleveurs et le directeur de la station ont décidé d’informer les vacanciers.

Elfie, 6 ans et Lassie, 8 mois, deux chiens patou de Bernartd Temrignon à Bessans
Elfie, 6 ans et Lassie, 8 mois, deux chiens patou de Bernartd Temrignon à Bessans © Radio France - Bleuette Dupin

Depuis plusieurs jour sur le compte Facebook "J’adore Bessans" on peut lire ceci : "suite à de nombreuses attaques du loup sur le secteur du vallon de la Lombarde, les éleveurs sont obligés de redescendre les brebis vers Avérole et Plan du Pré". Suivent quelques conseils comme "chiens en laisse obligatoirement – sans le chien c’est encore mieux -"  ou encore "les patous sont gentils mais ils font leur travail". 

 

Des patous pour protéger les brebis des loups

Depuis le 31 juillet, Bernard Termignon et Lucien Grosset ont subi quatre attaques de loup. Douze bêtes ont été tuées, sans compter les bêtes disparues mais impossible pour l’heure de faire un comptage précis sur les deux troupeaux, soit près de mille têtes. Le bilan réel des attaques se fera à la fin de l’estive, fin septembre. Au 26 août, les troupeaux ont donc été redescendus, tout comme les quatre chiens patou qui les accompagnent tout l’été. D’où la crainte des propriétaires d’un conflit d’usage avec les randonneurs.Le directeur de la station de Bessans est persuadé que l’information sur le rôle des patous et le comportement à adopter en leur présence ne peut pas faire de mal. Chaque dimanche de cet été, au moment du pot de bienvenu des vacanciers, il prend le temps d’expliquer la situation.

 

Le directeur de la station Frédéric Lahaye-Goffart fait ami-ami avec Elfie, chien patou de 8 ans - Radio France
Le directeur de la station Frédéric Lahaye-Goffart fait ami-ami avec Elfie, chien patou de 8 ans © Radio France - Bleuette Dupin

 

PATOU / directeur station

 

Les randonneurs le concèdent : ils appréhendent la rencontre d’un troupeau et donc d’un patou. Mais le message sur le rôle des troupeaux semble bien compris.

PATOU/ randonneurs

 

Lucien Grosset, l'éleveur, comprend la crainte des randonneurs mais rappelle que face au loup, il n’y a pas d’autre solution.

PATOU/ y'a une psychose

 

Cette année les attaques ont commencé un mois plus tôt que l’an passé. Depuis le début du mois d’août Lucien Grosset et Bernard Termignon ont passé plus de temps à courir après les carcasses que dans leur exploitation. Ils s’interrogent sur la suite de leur activité.

PATOU/ SON (ras le bol du loup)