Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Le personnel pénitentiaire se mobilise à la prison de Pau

jeudi 14 mars 2019 à 19:03 Par Théo Caubel, France Bleu Béarn

Ils sont une trentaine à s'être retrouvés devant la maison d'arrêt de Pau ce jeudi. Un rassemblement en soutien aux deux surveillants agressés à la prison de Condé-sur-Sarthe en Normandie la semaine dernière. Comme dans les autres établissements français, ils demandent plus de moyens.

Les gardiens se sont rassemblés en soutien à leurs collègues agressés partout en France.
Les gardiens se sont rassemblés en soutien à leurs collègues agressés partout en France. © Radio France - Théo Caubel

Pau, France

Le personnel pénitentiaire de la maison d'arrêt de Pau se mobilise. Une trentaine de surveillants se sont rassemblés ce jeudi devant la prison de Pau entre 12h et 14h à l'appel de plusieurs syndicats. C'est la première fois depuis le début du mouvement national que cette maison d'arrêt rentre dans l'action.

Ni slogans, ni banderoles, les gardiens souhaitaient se rassembler en signe de soutien aux surveillants agressés partout en France et notamment aux deux blessés à la prison de Condé-sur-Sarthe en Normandie la semaine dernière. Et ils alertent, ces agressions peuvent aussi avoir lieu à Pau. 

Des cellules avec trop de détenus 

Certes, cette maison d'arrêt n'a pas de problème de surpopulation carcérale. Les 250 places disponibles ne sont pas toutes prises. Mais "on n'est pas avec des cellules individualisées ou avec deux détenus comme dans beaucoup d'établissements en France. Ici, ils sont parfois jusqu'à 6" explique Régis Roger secrétaire local CGT.  

Et pour lui cette configuration pose problème. "Il n'y a pas si longtemps, on a dû intervenir en cellule, se souvient Régis Roger. On était malheureusement que quatre agents pour six détenus présents en cellule. Si jamais, il y a une altercation violente et que les détenus prennent le dessus, ça peut vite dégénérer."

Un bâtiment jugé vétuste 

D'autres mettent l'accent sur l'état de vétusté de la prison qui perturbe le travail des gardiens. "Par exemple, on ne peut pas effectuer des contrôles sereinement parce que le bâtiment possède des zones d'ombre. Ça devient un véritable coupe gorge. Parfois, on se retrouve seul, en sous-effectif, à gérer une aile sans qu'on puisse communiquer avec l'autre aile" explique Jean-Michel Bastiani du syndicat UFAP-UNSa. 

Le personnel de la prison de Pau avait fait grève au mois de janvier 2018. Pour l'instant, il n'est pas question de recommencer. Mais des nouveaux rassemblements pourraient être organisés si le gouvernement ne réagit pas.