Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le petit village de Campôme regrette ses migrants

-
Par , France Bleu Roussillon

Les 18 migrants accueillis dans le petit village de Campôme (Pyrénées-Orientales) sont tous repartis. Un départ que beaucoup d'habitants regrettent : ils s'étaient habitués aux réfugiés.

La commune est prête à accueillir un nouveau groupe de migrants
La commune est prête à accueillir un nouveau groupe de migrants © Radio France - Sébastien Berriot

Campôme, France

C'est un discours que l'on n'a pas l'habitude d'entendre : un tout petit village de montagne qui regrette ses réfugiés. Nous sommes dans la commune de Campôme dans les Pyrénées-orientales où ont été accueillis pendant prés de trois mois des migrants de la jungle de Calais (des Irakiens,  Afghans ou encore Somaliens). Dix-huit réfugiés qui viennent de partir pour rejoindre des centres réservés aux demandeurs d'asile.

Il y avait au départ chez les 110 habitants pas mal de réticences, mais aujourd'hui beaucoup de ces habitants regrettent le départ des migrants.

"On s'était habitué à eux. Au départ, il y a eu des préjugés, mais rapidement on a compris  que c'était des braves garçons qui étaient malheureux. On allait les voir. Il y en avait même qui m'aidaient à porter mes sacs de course lorsque je rentrais du marché. Aujourd'hui je regrette qu'ils soient partis. Ça fait un grand vide dans le village." (Josette, 78 ans)

Le maire Christophe Carol tire un bilan très positif de ce séjour. Des liens se sont tissés avec la population. Certains habitants ont offert des cours de français aux migrants alors que d'autres ont proposé du co-voiturage pour aller à Prades.

Un engouement qui a poussé le conseil municipal à prendre une délibération. La commune s'est dit prête à accueillir un nouveau groupe de réfugiés, en cas de besoin.

Le reportage à Campôme de Sébastien Berriot

Interview du maire de Campôme Christophe Carol

À écouter aussi : le maire de Campôme, invité de France Bleu Roussillon

Choix de la station

France Bleu