Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Le "pic" de la crise des réfugiés est passé selon l'OCDE, qui appelle désormais à l'intégration

-
Par , France Bleu

Le "pic" de la crise humanitaire des réfugiés "est derrière nous" et la priorité doit désormais aller à l'intégration, "défi" pour les politiques nationales et internationales, estime jeudi l'OCDE dans son rapport annuel sur les migrations.

Pour l'OCDE, le pic de la crise des migrants est passé, place à l'intégration - illustration
Pour l'OCDE, le pic de la crise des migrants est passé, place à l'intégration - illustration © AFP - ALESSIO PADUANO / ANADOLU AGENCY

"Une meilleure coordination internationale pourrait permettre de tirer davantage parti des migrations au niveau mondial" : c'est le titre de la synthèse du rapport annuel de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économique, qui représente 35 pays. Un titre qui prend une résonance particulière alors que l'institution estime que le "pic" de l'afflux de réfugiés est désormais passé, et que la priorité doit devenir l'intégration de ces réfugiés.

Douze fois moins de débarquements de migrants qu'en 2015

Les flux "sans précédent" observés fin 2015-début 2016 "ont diminué" depuis un an : il y a eu 72.000 débarquements de migrants venus d'Afrique sur les côtes européennes depuis le début de l'année, soit "douze fois moins que dans la deuxième moité de 2015", souligne Stefano Scarpetta, directeur pour l'emploi, le travail et les affaires sociales à l'OCDE.

Mais "beaucoup de ceux arrivés en Europe pour fuir des pays en conflit resteront vraisemblablement un certain temps", et c'est pourquoi "il est désormais temps de se concentrer sur la manière d'aider ces gens à s'installer dans leurs nouveaux pays d'accueil" et à "s'intégrer sur le marché du travail", ajoute-t-il.

"À la croisée des chemins"

Dans le sillage de la crise économique, l"importance soudaine" de ces flux "a alimenté les inquiétudes des populations", souvent demandeuses de politiques "plus sélectives et restrictives", voire "d'une fermeture totale des frontières", note Stefano Scarpetta. Cela s'est cependant accompagné d'une "prise de conscience accrue de la nécessité de faciliter l'installation des réfugiés" avec "une plus grande mobilisation de différents acteurs" en faveur de l'intégration : pouvoirs publics, ONG, employeurs et syndicats... mais aussi "la société civile au sens large".

De fait, "des changements importants sont en train d'être réalisés de façon à mieux intégrer les réfugiés", note le responsable, qui juge cette intégration comme un "défi" car "par le passé, l'intégration a pu laisser souvent à désirer" : ainsi les immigrés connaissent un taux de chômage supérieur de près de 5 points à celui des personnes nées dans le pays. "Nous sommes à la croisée des chemins", estime Stéfano Scarpetta.

Une crise humanitaire qui inquiète toujours les associations

Cependant, l'afflux de migrants continue en Méditerranée. Le week-end dernier, plus de 8.000 personnes ont été secourues en 48 heures. Le record du 29 août 2016 où environ 7.000 migrants avaient été secourus en 24 heures n'était pas loin. Selon des chiffres du ministère italien de l'Intérieur, plus de 73.300 migrants sont arrivés sur le territoire national depuis le début de l'année, en hausse de plus de 14% par rapport à la même période en 2016. Selon le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), 2.005 personnes sont mortes ou sont portées disparues depuis le début de l'année en tentant de traverser la Méditerranée.

En France ces derniers jours, plusieurs associations ont quant à elles alerté sur les conditions d'accueil des migrants. Près de 1.200 personnes vivent dans la rue aux alentours du centre humanitaire pour migrants ouvert dans le nord de Paris, selon l'association France terre d'asile qui fait état de "200 personnes supplémentaires par semaine". L'organisation Médecins sans Frontières (MSF) s'est dite inquiète mardi sur le sort d'une centaine de migrants, dont une majorité de mineurs non accompagnés, dispersés et "sans abri" dans la région de Vintimille (Ligurie), à la frontière franco-italienne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess