Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Dossier du jour de France Bleu Vaucluse

Le plan de l'hôpital d'Avignon pour réduire son gaspillage alimentaire

lundi 9 avril 2018 à 20:34 Par Adrien Serrière, France Bleu Vaucluse

L'hôpital d'Avignon a divisé par dix en quelques années la quantité de nourriture qu'il jetait chaque année. Un nouveau plan d'action va être engagé jusqu'à 2023 pour réduire encore le gaspillage alimentaire de l'établissement.

L'hôpital d'Avignon.
L'hôpital d'Avignon. © Maxppp -

Avignon, France

L'hôpital d'Avignon c'est 954 lits mais c'est aussi 3500 repas chaque jour pour les patients et le personnel. L'établissement s'est aperçu que sa cuisine centrale gaspillait beaucoup. «En 2016, nous avons jeté 90 000 barquettes alimentaires. L'année dernière seulement 9000», explique Franck Héry, responsable de la cuisine centrale. 

Logiciel informatique et nouveaux menus 

Pour parvenir à cette réduction, l'hôpital s'est notamment procuré un logiciel informatique afin de prévoir un peu mieux les quantités : «je cuisine entre un jour et demi et deux jours à l'avance les repas, or je ne connais pas tout à fait les besoins exacts en terme de nombre de patients mais grâce à la programmation d'un logiciel nous avons pu nous rapprocher du juste besoin de façon plus précise», développe Franck Héry. 

Mais les calculs statistiques ne font pas tout. Il a aussi fallu changer les menus pour réduire la quantité jetée : «les menus n'ont pas été modifiés pendant une vingtaine d'années, explique Myriam Carloni, diététicienne à l'hôpital. On a essayé de proposer des recettes plus gourmandes comme de la poule au pot, du pot-au-feu, de la gardiane de taureau... et on essaye d'évoluer vers des produits d'origine française. Du coup, si c'est meilleur, c'est plus consommé et on jette moins». Dans les mois à venir, des chefs vauclusiens réputés vont même participer à l'élaboration de menus qui seront servis à partir de septembre.

L'hôpital donne également ses barquettes de repas non-consommées à La Croix Rouge depuis 2011 et a mis en place un tri des déchets organiques en 2017.

De nouvelles actions d'ici 2023

L'hôpital souhaite aller encore plus loin et diminuer son impact environnemental. Pour cela, l'établissement veut privilégier les circuits courts pour ses fournitures alimentaires et entend optimiser son système de réservation de repas. 

Derrière ces investissements, il y a aussi un enjeu financier, explique Magali Luc, directrice des achats et de la logistique : «on lance aussi ce projet dans le cadre d'une réflexion sur nos coûts de production, de denrées et de stockage. C'est l'occasion de faire quelques gains».