Société

Le point sur les demandes d'asile en Gironde

France Bleu Gironde jeudi 23 avril 2015 à 6:30

Plusieurs mois que des réfugiés Sahraouis campent sous le pont St Jean à Bordeaux
Plusieurs mois que des réfugiés Sahraouis campent sous le pont St Jean à Bordeaux © Radio France

Alors que l'Union Européenne convoque ce jeudi un sommet extraordinaire après le naufrage d'un chalutier de migrants en Méditerranée qui a fait 800 morts, quelle est la situation des demandeurs d'asile en Gironde? Le point en quelques chiffres.

En Gironde, ils sont plusieurs dizaines de migrants à arriver chaque mois . 288 demandes d'asile ont été faites à la préfecture à Bordeaux sur ce 1er trimestre 2015 . Il y en avait eu 1045 au total pour toute l'année 2014. Ce sont en majorité des Sahraouis, Ukrainiens, Algériens, Congolais, Nigérians, Albanais et Kosovars.

Ces demandeurs d'asile sont accueillis dans des conditions souvent difficiles, selon les associations qui leur viennent en aide, qui évoquent aussi des migrants souvent traumatisés. Ils fuient souvent la misère, au péril de leur vie souvent, à l'image de ce Guinéen, passé, par l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc, qui a franchi plusieurs grillages de 7 mètres de haut à Ceuta avant de s'entasser avec d'autres sur un bateau. Ils fuient aussi des persécutions. C'est le cas de ce Congolais, emprisonné dans son pays, qui s'est enfui, en payant  5000 euros à des passeurs. Tous les 2 sont aujourd'hui en attente d'un titre de séjour.

Il faut 18 mois en moyenne pour traiter un dossier en Gironde . Et pendant ce temps-là, ils ne sont pas autorisés à travailler. Certains touchent une allocation de 350 euros par mois. Durant cette période, beaucoup sont à la rue. Car les 3 CADA de Gironde (les centre d'accueil des demandeurs d'asile) sont saturés . Environ 800 personnes sont aujourd'hui en attente de ce type d'hébergement. Sinon, c'est l'hôtel. Ce qui coûte cher (10 millions d'euros au total pour l'Etat).

Concernant le problème spécifique des 300 réfugiés Sarhaouis qui campent sous le Pont St Jean à Bordeaux , depuis plusieurs mois, le préfet de Gironde s'est engagé à traiter les demandes d'asile, avant la fin juin .