Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le port de Sète prêt à accueillir l'Aquarius

lundi 13 août 2018 à 14:31 Par Claire Moutarde, France Bleu Hérault et France Bleu

Le président du port de Sète, Jean-Claude Gayssot, a fait savoir ce lundi à l'association SOS Méditerranée que le port était prêt à accueillir l'équipage de l'Aquarius et les 141 migrants à son bord.

L'Aquarius (photo d'illustration)
L'Aquarius (photo d'illustration) © Maxppp -

Sète, France

Le port de Sète (Hérault) est prêt à accueillir l'Aquarius et les 141 migrants qui sont à bord depuis vendredi. Le navire humanitaire de l'association SOS Méditerranée a recueilli ces naufragés au large de la Libye et attend désormais de pouvoir accoster dans un port. Malte et l'Italie ont déjà refusé.

Le président du port de Sète, Jean-Claude Gayssot l'a fait savoir à l'association SOS Méditerranée ce lundi matin. Un accueil qui ne sera possible qu'avec le feu vert des autorités françaises.

"La seule condition c'est d'abord le feu vert des autorités françaises. Je comprends que les choses sont complexes, y compris qu'il faut combattre les passeurs. Mais là, il s'agit de vies humaines. Tout doit être second par rapport à l'humain, par rapport à sauver des vies, des familles, des femmes et des enfants."

"Ce n'est pas une solution" selon un référent maritime de SOS Méditerranée

"Pour relier Sète à la Libye il faut 4 jours de route", précise Erwan Follezou, référent maritime de SOS Méditerranée. "Donc ce n'est pas une solution. Si l'on doit faire à chaque fois un aller-retour qui prend dix jours pour aller débarquer les réfugiés ça n'a pas de sens. Cela signifie que pendant dix jours il n'y a plus de moyens sur place, or notre but c'est de sauver un maximum de vies."

Il ajoute : "Ça ne correspond pas au droit maritime qui dit que les naufragés doivent être débarqués dans le port sûr le plus proche, et donc logiquement les côtes italiennes. Pour que l'Italie accepte, la seule solution c'est qu'il y ait un dispositif de répartition sur le territoire européen qui fonctionne et qui se fasse a posteriori."

Le 17 juin dernier, l'Espagne avait recueilli 629 migrants sauvés de la noyade par l'équipage de l'Aquarius.

  - Visactu
© Visactu