Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Le port du Havre préparé face au Coronavirus

Le Havre, France

Le Port du Havre a un protocole en cas de cas suspect de Coronavirus, comme pour toute maladie infectieuse à bord d'un navire qui voudrait y jeter l'ancre.

Un protocole est en place au port du Havre, face aux risques de cas suspects de Coronavirus.
Un protocole est en place au port du Havre, face aux risques de cas suspects de Coronavirus. © Maxppp - Olivier Boitet/PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

C'est un dispositif bien rodé, qui se mettrait en place en cas de doute. Le port du Havre se tient prêt, face au risque de Coronavirus. Il accueille chaque année quelques 500 000 conteneurs en provenance de Chine, le foyer de l'épidémie. 

Que ce soit pour le Coronavirus ou pour toute autre maladie infectieuse, la Capitainerie met en oeuvre les dispositions du règlement sanitaire international : si un cas se déclare à bord, le navire doit prévenir au travers d'une déclaration maritime de santé. Cette déclaration est ensuite transmise à l'Agence Régionale de Santé, chargée de décider de la marche à suivre. "Le Samu peut envoyer une équipe à bord, à la demande de l'ARS", indique le commandant de port, Nicolas Chervy. 

Plusieurs options en cas de doute

Le Samu sera chargé "d'évaluer le risque. Le protocole, cela peut aller de la quarantaine, c'est à dire que le navire va jeter l'encre sur rade, et va attendre une certaine durée, qui correspond généralement à celle de l'incubation de la maladie suspectée", 14 jours dans le cas du Coronavirus. "Dans ce cas le Samu va continuer une surveillance de l'équipage. Cela peut aussi aller à laisser entrer le navire et mettre une quarantaine à quai, ce qui facilite la surveillance. Et puis, cela peut être aussi tout simplement l'isolement du patient dans sa cabine. La plupart du temps cela par l'envoi du patient dans un cabinet médical à terre". Un dispositif que le commandant de port a pu voir en oeuvre lors du SRAS, de la grippe H1N1, ou d'Ebola, et qui a permis de s'assurer que la pathologie signalée ne correspondait pas au risque suspecté. 

Si le port est préparé face à un cas de Coronavirus, il devrait tout de même en subir les conséquences économiques. La Chine, foyer de l'épidémie, correspond à elle seule à 30% des échanges du port du Havre. L'économie du pays a pris un gros coup de frein depuis plusieurs semaines : les prévisions de croissance pour le premier trimestre sont passées de 6 à 4%. 

Le Coronavirus aura des conséquences économiques, préviennent les professionnels

"Cela va nous faire mal" ,estime le président de l'Union maritime et portuaire du Havre, Michel Segain. Avec la Chine, 80% des échanges se font à l'import, 20% à l'export. "D'autres pays, comme la Corée, le Vietnam, l'Indonésie ou le Japon sont aussi impactés, car ils ne peuvent plus recevoir de produits, comme des pièces détachées automobiles entre autres, depuis la Chine, donc c'est extrêmement préoccupant."

"Tout cela implique toute la filière portuaire et logistique", poursuit Michel Segain. "Depuis les prestations liées au navire, manutentionnaires, jusqu'aux logisticiens, transporteurs, et puis les clients, chargeurs, importateurs est exporteurs," même s'il est encore trop tôt pour chiffrer exactement ces pertes, pour le président de l'UMEP. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu