Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le port du masque n'est plus obligatoire pour les cyclistes et les joggeurs à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le préfecture de Haute-Garonne assouplit le protocole pour le port du masque à Toulouse. Il n'est plus obligatoire pour les joggeurs et les cyclistes mais fortement recommandé.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - NATHALIE SAINT-AFFRE

Après avoir rendu le masque obligatoire pour tout le monde en centre-ville de Toulouse, la préfecture lève un peu le pied. Les cyclistes et les joggeurs pourront s'en passer sous certaines conditions. 

Plusieurs cas de figure pour avoir le droit de tomber le masque

Dans un communiqué, la préfecture de Haute-Garonne explique : "Les forces de l’ordre ne verbaliseront donc pas les cyclistes et joggeurs qui ne le porteront pas, à condition que ces personnes ne se trouvent pas en groupe, ne se trouvent pas en contact avec des piétons sur des zones de rencontres et à condition qu'elles se trouvent sur une voie de circulation adaptée à leur activité (piste cyclable, route, chemin, etc.)."

Une nouvelle accueillie avec soulagement par Boris Koslow, le président de l'association 2 pieds 2 roues, qui défend l'usage du vélo à Toulouse : "on est très contents, car on avait fait cette demande au préfet. D'abord parce que ce n'est pas conseillé par l'OMS de faire une activité physique avec un masque. Et puis on trouvait ça discriminant, alors que les cyclistes de Paris ou Montpellier pouvaient rouler sans".

Le président de l'association explique aussi que malgré tout, l'obligation de porter un masque était "bien respectée" par les cyclistes toulousains qu'il a pu croiser, "même s'ils ne comprenaient pas cette mesure". Il raconte cependant que certains étaient à deux doigts de "reprendre la voiture", et de laisser tomber le vélo.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess