Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le port du masque obligatoire à Dijon et dans plusieurs communes de la Métropole à partir du 5 septembre

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Face à l'accélération du virus de Covid-19, le port du masque devient obligatoire dans les espaces publics de Dijon sauf la nuit. Les principales communes urbaines de la Métropole sont aussi concernées. L'arrêté préfectoral entre en vigueur ce samedi 5 septembre.

De gauche à droite, François Rebsamen le maire de Dijon et président de Dijon Métropole, Fabien Sudry le préfet de la Côte-d'Oret Pierre Pribile, le directeur général de l'ARS BFC.
De gauche à droite, François Rebsamen le maire de Dijon et président de Dijon Métropole, Fabien Sudry le préfet de la Côte-d'Oret Pierre Pribile, le directeur général de l'ARS BFC. © Radio France - Stéphanie Perenon

A partir de ce samedi 5 septembre 2020, le port du masque est obligatoire dans tous les espaces publics de Dijon, à l'exception de certains grands parcs et jardins (la liste sera définitive dans quelques heures). C'est l'information qui a été délivrée lors d'une conférence de presse cet après-midi en préfecture à Dijon, et réunissant le maire de la ville et président de la Métropole dijonnaise, François Rebsamen, le préfet de la Côte-d'Or Fabien Sudry et Pierre Pribile, le directeur général de l'ARS en Bourgogne-Franche-Comté.

"Il n'y a rien d'inexorable" pour le maire de Dijon et président de la Métropole, François Rebsamen

Un arrêté préfectoral à partir du 5 septembre et pour un mois

L'arrêté préfectoral entre en vigueur ce samedi et pour un mois, mais exclut la période nocturne de minuit à 8 heures du matin. Il concerne les espaces publics de Dijon, mais aussi de Talant, Quetigny, Chenôve, Fontaine-les-Dijon, Longvic, Saint-Apollinaire et Ahuy pour la ZAC des Grandes Varennes. Des discussions se poursuivent entre le préfet et les communes, sur les parcs et jardins qui ne sont pas concernés par cet arrêté. On sait déjà que les grands parcs comme celui de la Colombière, le jardin de la Combe à la Serpent à la Fontaine-d'Ouche ou encore le plateau de Chenôve ne sont pas concernés par cette obligation, a précisé le président de la Métropole.

Pierre Pribile, le directeur général de l'Agence Régionale de Santé en Bourgogne-Franche-Comté lors de la conférence de presse en préfecture ce jeudi 3 septembre 2020.
Pierre Pribile, le directeur général de l'Agence Régionale de Santé en Bourgogne-Franche-Comté lors de la conférence de presse en préfecture ce jeudi 3 septembre 2020. © Radio France - Stéphanie Perenon

Pas de cluster mais une circulation diffuse du virus

Il s'agit de faire face à "une accélération très intense du virus en Côte-d'or et notamment dans la Métropole dijonnaise" a rappelé Fabien Sudry, le préfet de la Côte-d'Or. Le seuil d'alerte a d'ailleurs été largement dépassé dans le département. "On atteint 70 nouveaux cas sur 100.000 habitants sur une période de sept jours, là où le seuil d'alerte est normalement à 50", précise Pierre Pribile, le directeur général de l'Agence Régionale de Santé en Bourgogne-Franche-Comté.

Pierre Pribile, le directeur général de l'Agence Régionale de Santé en Bourgogne-Franche-Comté précise cette décision

Plus de jeunes testés positifs 

Une situation qui est différente d'autres départements,"en Côte-d'Or ça ne fait pas suite à un gros cluster mais plutôt à une circulation diffuse globale du virus, dans une population jeune", poursuit le responsable de l'ARS. "L'âge moyen des personnes positives est de 35 ans, donc ce sont plutôt des jeunes et d'ailleurs c'est pour ça qu'on n'a pas d'impact sur les hospitalisations." 

"On appelle à un sursaut de responsabilité, de solidarité de tous les habitants de la Métropole" Pierre Pribile directeur général ARS

Mais c'est aussi pour ça que l'ARS sonne la mobilisation générale. "On veut tout faire pour que le virus ne finisse pas par atteindre quelqu'un de fragile et conduise à nouveau à des hospitalisations et des décès" conclut Pierre Pribile.

Encourager les dépistages

L'ARS appelle donc les habitants de la Métropole à se faire dépister dès qu'il y a un doute ou en cas de symptômes évidemment. Il existe 17 sites de prélèvements dans l'agglomération dijonnaise dont le Drive du CHU de Dijon. Test réalisable sans prescription médicale et entièrement remboursé. En terme de dépistage, "la Côte-d'or figure d'ailleurs parmi les bons élèves" souligne Pierre Pribile, avec 1600 tests pratiqués chaque jour en Côte-d'or en ce moment, dont quasi 1.000 rien que dans la Métropole.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess