Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le portrait d' Emmanuel Macron décroché dans cinq mairies près de Nancy

-
Par , , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Une quinzaine de militants d'Action Non violente-COP 21 ont mené ce mercredi 3 juillet cinq actions dans des mairies autour de Nancy. Ils ont décroché les portraits du Président de la République Emmanuel Macron "pour dénoncer son inaction face à l'urgence climatique".

Le 24 mai dernier, des militants décrochaient déjà eux aussi le portrait du Président à la mairie du XIX ème arrondissement de Paris
Le 24 mai dernier, des militants décrochaient déjà eux aussi le portrait du Président à la mairie du XIX ème arrondissement de Paris © Maxppp - Guillaume Georges

Nancy, France

Les témoignages recueillis auprès des élus de Meurthe-et-Moselle concernés par l'action ce mercredi 3 juillet se ressemblent, "une action pacifiste" "pas d'insultes", "rien de cassé"," un tract revendicatif laissé sur place et des portraits décrochés des murs puis emportés". 

Une quinzaine de "militants climat, Action Non Violente-COP 21" ont mené une action dans les mairies de Pulnoy, Maxéville, Chaligny, Messein et Richardménil. Un type d'action déjà organisé depuis plusieurs mois au niveau national et pour la première fois en Meurthe-et-Moselle, "en tout 94 portraits du chef de l'Etat décrochés dans des collectivités françaises" a dénombré le collectif qui ajoute encore "depuis le début 107 militants auditionnés par la police, 68 gardes à vue, 40 personnes poursuivies et 13 procès en France". 

Une intervention pacifiste, reconnaissent les élus interrogés 

La maire de Pulnoy Michelle Piccoli confie son étonnement, elle parle d'une action pacifiste, reconnait ici un acte médiatique qui a été filmé par l'association. Elle a porté plainte dans l'après-midi, car le portrait du Président Macron est un bien public, dit-elle et les militants n'ont pas répondu à l'injonction de la policière municipale présente, qui leur demandait de quitter les lieux. 

A Maxéville, l'élu Christophe Choserot s'interroge sur un dépôt de plainte. Selon lui, les jeunes militants, n'ont rien cassé, n'ont pas été insultants. L'élu qui parle d'action "bon enfant" aurait souhaité même "échanger avec eux sur les questions climatiques", il sait que l'action n'était pas dirigée contre sa collectivité. Christophe Choserot confie avoir commandé un nouveau portait d'Emmanuel Macron au prix de 10 euros

Une action face à l'urgence climatique, selon les militants

Pour Florent Compain, porte parole de l'association à Nancy, il s'agit d'une action symbolique. Le message selon lui est que "le gouvernement face à l'urgence climatique extrême, ne met pas en place les actions à la hauteur des enjeux". Le militant ajoute "face au vide de l'action politique du gouvernement, nous réquisitionnons symboliquement dans des mairies partout en France, les portraits d'Emmanuel Macron qui sont des symboles de la République."