Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le "Poulanel", un poulailler partagé au Méjanel à Pégairolles-de-Buèges

-
Par , France Bleu Hérault

Les habitants du hameau du Méjanel et de Pégairolles-de-Buèges se partagent depuis deux ans un poulailler, devenu un lieu de vie dans le village.

Le poulailler partagé du Méjanel rassemble une quinzaine de foyers pour 11 poules, bientôt le double.
Le poulailler partagé du Méjanel rassemble une quinzaine de foyers pour 11 poules, bientôt le double. © Radio France - Marie Ciavatti

On connaissait l'autopartage, les jardins partagés, et voici le poulailler partagé. A Pégairolles-de-Buèges, le projet né il y a deux ans a été baptisé le "Poulanel" : poulailler du Méjanel, du nom de ce hameau situé à l'entrée du village au pied du massif de la Séranne. 55 habitants officiellement, dont une vingtaine de résidents permanents. C'est un jeune couple qui a lancé l'idée, suivi aujourd'hui par une quinzaine de foyers. 

"Au départ nous voulions un poulailler mais nous n'avions pas le terrain, explique Magali Coldefy. Alors on a proposé au maire d'aménager ce poulailler partagé ouvert à tous, pour y déposer leurs épluchures, avoir quelques oeufs. Et quand les gens ne sont pas là ça permet de se relayer." Les volontaires se sont cotisés, avec un peu de récup', des dons et de l'huile de coude ils ont construit le premier enclos, dont l'agrandissement est en cours, et acheter les poules. 11 poules aujourd'hui, bientôt le double.

"L'occasion de se retrouver, toutes générations confondues". Magali Coldefy, à l'origine du "Poulanel"

"On ne se croise pas si souvent"

L'entretien et le ramassage des oeufs se font assez naturellement, à tour de rôle, avec un petit carnet de liaison où chacun inscrit le nombre d'oeufs ramassés, à quelle date et combien il en a pris. C'est en moyenne six à huit oeufs par semaine et foyer. Jacky, retraité, fait partie des plus actifs pour les tâches communes. "C'est le plaisir de se retrouver parce qu'on est un tout petit hameau, 15 personnes, et autant au village. Chacun dans son coin... C'est l'occasion de resserrer les liens, alors que les gens s'éloignent plutôt en ce moment." 

Même des habitants qui ne voulaient pas participer au départ, parce qu'ils trouvaient trop compliqué le système partagé, passent régulièrement. Des résidents secondaires aussi. "On a discuté pour savoir si on introduisait un coq ou pas et on a décidé que oui, parce que ça faisait partie du paysage sonore du village" s'amuse Magali. Le projet du moment c'est le nouvel enclos à construire. "Mais on espère bientôt organiser notre fête de la poule et de l'oeuf qu'on a dû reporter à cause du confinement!". 

"Resserrer les liens" au Méjanel

Choix de la station

À venir dansDanssecondess