Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Préfet d'Aquitaine met fin à la première "Fashion Week" de Bordeaux pour lutter contre le travail illégal

samedi 10 mai 2014 à 13:10 Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde

Salariés non-déclarés, contrats non-conformes pour les hôtesses qui en ont, pas d'agrément pour les enfants mannequins. La liste d'accusation est longue contre la Fashion Week de Bordeaux ouverte depuis ce jeudi. En allant faire un contrôle inopiné, les inspecteurs du travail ne s’attendaient pas à voir autant de fraudes.

La Fashion Week de Bordeaux a du fermer ses portes en raison de nombreuses infractions
La Fashion Week de Bordeaux a du fermer ses portes en raison de nombreuses infractions © Radio France

En début d’après midi ce vendredi, le groupe de lutte anti-fraude de la Sécurité publique de Gironde et le service de la Direccte ont été particulièrement surpris. En allant faire un contrôle inopiné Place de la Bourse à la "Fashion Week" de Bordeaux, ils ne s’attendaient pas à voir autant de fraudes. L'évènement est ouvert depuis jeudi et devait fermer ce dimanche. Des centaines de personnes étaient attendues.

La liste des accusations est longue et accable les organisateurs de la première Fashion Week de Bordeaux. Les services de lutte anti-fraude et de la Direccte découvrent du travail dissimulé d’activité. "L‘organisateur n‘ayant pas la qualité pour organiser un tel événement soumis notamment  à la délivrance d‘une licence d‘agence de mannequins, et à une inscription correspondant à son activité réelle" , indique la Préfecture par voie de communiqué. Par ailleurs, les inspecteurs découvrent que seuls trois salariés sont déclarés alors qu’ils sont plusieurs dizaines à travailler ce qui est du travail dissimulé par dissimulation de salariés.

"Vous aviez une quarantaine de défilés organisés. Chaque défilé pouvant regrouper quinze personnes simultanément et aucune personne sur place n’était déclarée." — Philippe Brugnot, directeur de cabinet du préfet de la région Aquitaine

Les contrats de travail des hôtesses sont en plus non-conformes. Les accusations pleuvent puisqu’en plus aucun contrat n’est disponible pour connaître la prestation demandée aux mannequins et le travail de quatre enfants de moins de seize ans n’a pas eu d’agrément préfectoral.

"Les inspecteurs étaient surpris. L’ensemble de ces infractions, leur gravité, leur importance a fait que le Préfet a décidé de prendre un arrêté pour interdire cette manifestation." — Philippe Brugnot, directeur de cabinet du préfet de la région Aquitaine

Vers 22 h ce vendredi, la décision est prise et la "Fashion Week" doit fermer ses portes immédiatement. L'évènement avait débuté ce jeudi et devait se terminer ce dimanche.

"Une mesure administrative n’a de sens que dans l’urgence. Et l’urgence était constatée. On ne part jamais avec des a priori mais il s’agit sur Bordeaux de la première opération dans ce domaine où nous trouvons et voyons autant d’infractions." — Philippe Brugnot, directeur de cabinet du préfet de la région Aquitaine

Le dossier a été transmis au procureur de la République du Tribunal de Bordeaux.

"On est obligé de quitter les lieux sinon c'est la police qui va s'en charger"