Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le préfet de l'Hérault interdit toutes les manifestations ce samedi après-midi dans le centre de Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Le préfet de l'Hérault a pris un arrêté ce vendredi pour interdire toutes les manifestations dans le centre de Montpellier ce samedi. Un rassemblement était notamment prévu contre la loi sécurité globale et une manifestation pour la défense de l'école à la maison.

Près de 5 000 personnes ont défilé samedi dernier dans le centre ville de Montpellier contre la loi sécurité
Près de 5 000 personnes ont défilé samedi dernier dans le centre ville de Montpellier contre la loi sécurité © Maxppp - Giacomo Italiano

Le préfet de l'Hérault a pris ce vendredi un arrêté pour interdire toutes les manifestations ce samedi après-midi entre 14h et 18h dans l'hypercentre, l'Esplanade et la Comédie à Montpellier. 

Deux manifestations étaient prévues ce samedi après midi : à 14h, un rassemblement était prévu pour la liberté d'instruction, plusieurs collectifs de parents et d'enseignants dénoncent l'interdiction de l'instruction en famille. Dans le cadre de son plan de lutte contre la radicalisation, le Président de la République a en effet décidé de rendre l'école obligatoire pour les enfants de 3 à 16 ans et donc de supprimer toute forme d'enseignement à distance. Les manifestants avaient prévu de se rassembler place de la Comédie pour se rendre à la préfecture et devant le tribunal. 

Une autre manifestation était prévue à 16h toujours place de la Comédie, cette fois contre la loi sécurité globale votée à l'assemblée nationale la semaine dernière et qui continue de faire débat.

Les organisateurs de cette deuxième manifestation ont donc renoncé à venir manifester en ville ce samedi après-midi. Ils prévoient de se rassembler à 11 heures en dehors du périmètre interdit par la préfecture.

En prenant cet arrêté, le préfet répond à l'inquiétude des commerçants du centre-ville qui viennent tout juste de rouvrir et qui comptent beaucoup sur les weekends de décembre pour se refaire. Or les manifestations à répétition dissuadent les chalands de venir en centre-ville. Les rassemblements de gilets jaunes, les manifestations contre la réforme des retraites l'ont largement démontré et ont déjà coûté très cher aux commerçants.

Entretien avec Jacques Witkowski, préfet de l'Hérault

"Eu égard à la longue habitude de manifester maintenant ces derniers mois, voire ces deux dernières années à Montpellier, il y a un certain agacement, notamment de la part des commerçants qui, évidemment, après une longue période de fermeture, sont tournées vers une activité économique fort légitime, notamment au moment où chacun d'entre nous prépare les fêtes de fin d'année. 

Je suis gardien de l'ordre public dans tous les sens du terme, il ne paraissait pas cohérent de manifester dans l'hypercentre. D'autres endroits sont possibles et nous avons proposé notamment d'autres horaires qui ont été refusés systématiquement et rejetés systématiquement par les organisateurs."

Ne craignez-vous pas que ce soit contre-productif, que certains fassent en sorte que ça dégénère parce que les forces de l'ordre vont être obligées d'intervenir et que finalement, cela nuise tout autant, voire davantage, aux commerces de proximité? 

"Je goûte assez peu de cette menace pour le dire très franchement, on n'est pas là à dire vous interdisez une manifestation et si ça dégénère, ce sera de votre faute. Je ne suis pas dans la crainte. Je suis dans la préservation de l'ordre public de part et d'autre. 

Ce que je souhaite, c'est que les gens puissent vaquer à leurs occupations normales et je suis aussi protecteur des libertés publiques. Le droit à manifester est un droit absolu et nous avons proposé que ce droit puisse s'appliquer, comme cela a été le cas d'ailleurs les deux samedis précédents avec les mêmes organisateurs dans des conditions où cela s'est bien déroulé sur le plan de l'itinéraire. 

Simplement, ce qui ne colle pas ce week end, c'est le ras le bol de personnes qui, elles, ne viennent pas manifester et qui sont largement bien plus nombreuses que celles qui manifestent. Exprimer publiquement des opinions, c'est un droit qui est reconnu par la Constitution, mais qui est aussi encadré par un certain nombre de gestion des risques et de mélange des flux."

Jacques Witkowski, préfet de l'Hérault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess