Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le préfet de la Gironde en visite au 115 : "pas un enfant ne dort dans la rue à Bordeaux"

-
Par , France Bleu Gironde

Le préfet de la Gironde et de la Nouvelle Aquitaine Didier Lallement a rendu visite au centre d'appels 115 à Bordeaux. Il a annoncé des places d'hébergements supplémentaires pour répondre à l'urgence : "de 5 demandes non satisfaites au 115, le chiffre est passé à 24 en quelques jours à Noël".

Le Préfet de la Gironde et de la Nouvelle Aquitaine Didier Lallement en visite dans les locaux du 115
Le Préfet de la Gironde et de la Nouvelle Aquitaine Didier Lallement en visite dans les locaux du 115 © Radio France - Stéphanie Brossard

Personne ne dormira dans la rue à la fin de l'année avait dit le Président Emmanuel Macron cet été. Le préfet de la Gironde Didier Lallement fait sienne "cette expression et cet engagement". Il débloque 80 nouvelles places d'hébergements d'urgences à Bordeaux dès ce 29 décembre : dans le gymnase Palmer de Cenon (20 pour les hommes isolés) et le gymnase du Grand Parc à Bordeaux (60 places pour des familles). Selon le préfet, depuis la semaine de Noël, 80 places supplémentaires ont été ouvertes en Gironde (pour un total de 1492 en Gironde).

"On ne regarde pas si ces familles qui arrivent sont en situation irrégulière ou pas, on les loge"

Il est bien entendu qu'il s'agit d'une "solution d'urgences" qui ne règle rien au problème du logement en France, a précisé le préfet qui a constaté à Bordeaux une arrivée de familles étrangères durant la semaine de Noël. De 5 demandes retoquées au 115, le chiffre est passé à 24 demandes non satisfaites en quelques jours. C'est un investissement de deux millions d'euros par mois de l'Etat dans la région. Uniquement pour l'hiver. Et pour un temps donné donc. "Dans une dizaine de jours tout au plus, il faudra bien rendre ces gymnases aux mairies". Le préfet ajoute que derrière cette problématique, c'est celle du logement tout court, qui est posée. Et de l'accueil des migrants. Pour le moment, "on ne regarde pas si ces familles sont en situation irrégulière ou non, on leur trouve un lit, un toit, et ensuite, on traitera leur dossier".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess