Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Le préfet des Pyrénées-Orientales interdit les rassemblements de gilets jaunes ce week-end

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Après les violences de la semaine dernière au Boulou et la mort d'un automobiliste au péage de Perpignan-sud, le préfet des Pyrénées-Orientales décide d'interdire tous les rassemblements de gilets jaunes ce week-end pour l'acte VII de la mobilisation. Une mesure qui risque de provoquer des tensions.

Le préfet des Pyrénées-Orientales Philippe Chopin
Le préfet des Pyrénées-Orientales Philippe Chopin © Radio France - Sébastien Berriot

Perpignan, France

Le préfet des Pyrénées-Orientales hausse le ton vis à vis des gilets jaunes. À la veille d'un nouveau week-end de mobilisation, le septième depuis le début du mouvement, la décision a été prise d'interdire les rassemblements de gilets jaunes ce week-end. Cela concerne tous les hauts-lieux de la contestation depuis le début du mouvement : les péages de Perpignan-nord, Perpignan-sud et du Boulou, mais aussi le rond-point d'Amsterdam qui permet d'accéder à la zone économique Saint-Charles.

Éviter les accidents et les violences

Pour justifier sa décision, la préfecture rappelle l'accident mortel de la semaine dernière au péage de Perpignan-Sud où un automobiliste avait été tué à un barrage, mais aussi les violents incidents de samedi dernier sur l'autoroute A9 au péage du Boulou.

L'interdiction de manifester démarre ce vendredi et sera valable jusqu'au 1er janvier. Les forces de l'ordre sont susceptibles d'intervenir. La préfecture rappelle dans un communiqué que le "simple fait de se maintenir pacifiquement sur les lieux d'un attroupement après les sommations constitue un délit passible d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende".

Cette annonce risque de provoquer des tensions, alors que depuis plusieurs jours déjà, les gilets jaunes du département accusent les forces de l'ordre d'empêcher le mouvement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu