Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le premier festival des travailleurs du sexe se tient à Paris

dimanche 4 novembre 2018 à 10:40 Par Willy Moreau, France Bleu Paris

C’est une première en France, un festival consacré aux travailleurs du sexe se tient à Paris jusqu'à dimanche soir à la salle du Point éphémère.

Les travailleurs du sexe se mettent en scène dans une exposition photo à Paris.
Les travailleurs du sexe se mettent en scène dans une exposition photo à Paris. © Radio France - Willy Moreau

Paris, France

Prostitué(e)s, acteurs ou actrices porno, escorts : le festival SNAP (Sex worker Narratives Art and Politics) est consacré pour la première fois à ces travailleurs du sexe. Il se tient jusqu’à dimanche à la salle du Point éphémère à Paris.

Changer les idées reçues

« On a toujours l’image de la prostituée en bas résille au bord du trottoir mais ce n’est pas que ça », raconte Carmina.

Elle fait notamment des shows par webcam et s’insurge contre les clichés dont elle est victime notamment : « Les travailleurs du sexe, ce sont des profils très différents : il y a des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, des migrants et ça recouvre plein de métiers différents ».

Autour d’elle, une exposition photo réalisée par des travailleurs du sexe montre un visage bien différent des stéréotypes.

Sans angélisme, Luca Stevenson reconnaît que les travailleurs du sexe qui « ont choisi sont une minorité » mais le coordinateur du réseau européen des travailleurs du sexe ne veut pour autant pas parler de victimes. 

« L’État ne protège pas assez, pense-t-il. Les crimes commis par les clients ne sont pas relayés auprès de la police parce que les travailleurs du sexe eux-mêmes sont souvent criminalisés soit par leur statut de migrant soit parce qu’ils se droguent ».

Des conférences se déroulent encore tout ce dimanche au Point éphémère. Des performances et une exposition sont aussi proposées.