Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le premier tirage du Loto, c'était il y a 80 ans

-
Par France Bleu

La Loterie Nationale – devenue Française des Jeux au milieu des années 70 – est née en 1933. Quatre-vingts ans après, après de nombreux changements de règles, des jeux disparus et d'autres qui ont fait leur apparition, le Loto reste le jeu le plus populaire, avec plus de 4,5 milliards de bulletins validés depuis sa création.

Les nouvelles grilles permettent de jouer avec plusieurs "options"
Les nouvelles grilles permettent de jouer avec plusieurs "options" © Maxppp

Le 7 novembre 1933, Paul Bonhoure empoche 5 millions de Francs (l'équivalent aujourd'hui de 3,3 millions d'euros). Il est le premier gagnant de la Loterie Nationale, dont le tirage a lieu, à l'époque, au Trocadéro (Paris). Quatre-vingts ans plus tard, le Loto couronne plusieurs dizaines de millionnaires chaque année (41 en 2012).

Remplacée par la Française des Jeux en 1976, la Loterie Nationale fête ses 80 ans ce jeudi. A l'initiative de ce jeu hérité de l'Ancien Régime, les "gueules cassées" de la Grande guerre, qui proposent le lancement d'une tombola dès 1927. Une souscription qui prend petit à petit de l'ampleur, jusqu'à la création par décret de la nouvelle Loterie Nationale en 1933. Mais le jeu des années 30 n'a pas grand-chose à voir avec celui que l'on connaît aujourd'hui.

Un billet de la Loterie Nationale en 1938
Un billet de la Loterie Nationale en 1938 - - Capture d'écran

A l'époque, il n'y a qu'un tirage par mois, et les joueurs ne peuvent pas choisir leurs numéros : le billet comporte un numéro pré-inscrit, et il coûte la coquette somme de 100 francs. Heureusement pour les joueurs plus modestes, il est possible d'acheter un cinquième ou un dixième de billet, ce qui offre à la Loterie Nationale une audience plus vaste.

Un Loto modernisé

A la fin de la seconde Guerre mondiale, le tirage devient hebdomadaire, et des "tranches spéciales" sont organisées lors des grandes occasions (St-Valentin, Vendredi 13). Mais il faut attendre 1976 pour que le dispositif se modernise et devienne le Loto, d'abord appelé Loto National. C'est l'apparition des célèbres grilles rouges et blanches à 49 numéros : ces fameuses grilles qui offrent une chance sur 13.983.816 de trouver la combinaison de six bons numéros.

L'une des premières grilles du Loto, encore sous mention "Loterie Nationale"
L'une des premières grilles du Loto, encore sous mention "Loterie Nationale" - - Capture d'écran

Le premier tirage du Loto National n'amasse pas les foules : sa publicité est interdite. Résultat, seuls 73.680 bulletins sont enregistrés. Dans les années 80, le tirage devient télévisé et la popularité du Loto, avec deux tirages par semaine, explose.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Avec les années 90, le jeu se modernise. Le Loto National devient "Loto" tout court. A partir de 1990, quatre tirages ont lieu par semaine (deux le mercredi, deux le samedi), et en 1992 le célèbre "système flash", qui permet de jouer six numéros au hasard, est introduit. A la télé aussi, le tirage prend un coup de jeune : la speakerine disparaît et fait place à une voix-off, qui commente le tirage dans un décor sobre, sur fond noir et fumées blanches, avec les fameuses boules bicolores.

Nouvelles règles, jeux disparus

Depuis le milieu des années 90, le Loto ne cesse d'évoluer, avec le lancement d'un "Loto rénové" en 1996, d'un "Nouveau Loto" en 1997, et surtout, en 2008, l'apparition du "Numéro chance". Désormais, il n'y a plus que cinq numéros à cocher sur 49, plus un "numéro chance" à choisir parmi 10. Et depuis 2012, trois options supplémentaires ont fait leur apparition.

Le "multi-options", dernière variante du Loto
Le "multi-options", dernière variante du Loto - - Capture d'écran

Si la famille Loto s'est enrichie (Super Loto, EuroMillions), d'autres jeux annexes ont disparu au fil des années : le Loto 7, remplacé par le numéro Joker, lui-même abandonné au profit d'un jeu indépendant, le Joker +. Le numéro complémentaire a lui aussi disparu avec la mise en place du numéro chance.

Une immense machine financière

Surtout, le Loto draine des quantités considérables d'argent. C'est – de loin – le plus gros contributeur au chiffre d'affaires de la Française des Jeux, avec 12,4% du total des ventes. En 2012, le seul Loto a rapporté 12,1 milliards d'euros de chiffres d'affaires, dont la moitié est reversée aux gagnants et 37,5% à l'Etat, sous forme de taxes et de dividendes. L'association des gueules cassées, qui est à l'origine de la Loterie nationale, perçoit toujours des dividendes.

Si la Loterie Nationale, devenue Française des jeux, fête bien ses 80 ans, le jeu de loterie est longtemps resté son seul fonds de commerce : le Loto sportif n'est apparu qu'en 1985, et les jeux à gratter en 1983, avec le Tac-O-Tac.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess