Infos

Le président du Conseil général de l'Isère nie avoir recruté une Roumaine payée au noir

Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère jeudi 5 mars 2015 à 14:59 Mis à jour le vendredi 6 mars 2015 à 8:09

Alain Cottalorda, Président du conseil général de l'Isère
Alain Cottalorda, Président du conseil général de l'Isère © Maxppp

Le président PS du Conseil général de l'Isère est accusé par le site Mediapart d'avoir employé une roumaine, au domicile de sa mère, sans la déclarer. Alain Cottalorda a démenti catégoriquement ces accusations jeudi. Il reconnaît qu'il y avait bien une personne d'origine roumaine au chevet de sa mère, mais à aucun moment il ne s'est occupé de la recruter ni de la rémunérer dit-il.

Le site internet d'information Médiapart a accusé mercredi Alain Cottalorda d'avoir employé une personne de nationalité roumaine sans la déclarer. Cette activité au domicile de sa mère, âgée de 96 ans à l'époque des faits, se serait déroulée d’octobre 2013 à juillet 2014, selon Mediapart. Le président du Conseil général de l'Isère, et candidat sur le canton de Bourgoin-Jallieu pour le PS lors des prochaines élections départementales, n'a pas du tout la même version des faits.

Il nie catégoriquement avoir été le recruteur et l'employeur de Camélia. C'était "l'affaire de mes parents " dit-il. Il concède toutefois avoir accompagné la jeune femme à son arrivée à la sous-préfecture pour qu'elle obtienne un titre de séjour. Mais ensuite, il s'est refusé à toute pression envers le préfet pour qu'elle obtienne rapidement ses papiers : "ce n'est pas conception de l'engagement public que de s'en servir pour obtenir des dérogations pour mes proches ", précise-t-il.

Alain Cottalorda livre sa version des faits

 

"Mes parents ont peut-être commis une erreur en accueillant (...) cette jeune fille"

"Camélia n'occupait pas un rôle d'infirmière car ma maman est suivie par l'aide à domicile ADPA, elle était plutôt une dame de compagnie hébergée gratuitement comme une amie" , explique Alain Cottalorda. L'ancien maire de Bourgoin-Jallieu, en Nord-Isère, s'interroge sur les motivations qui ont conduit Camélia à venir vivre chez ses parents. "Elle voulait travailler au médipôle de Bourgoin-Jallieu. Mes parents ont peut-être commis une erreur en accueillant, hébergeant et indemnisant cette fille qui aujourd'hui donne une version des faits qui vise à perturber une campagne électorale "

Alain Cottalorda s'interroge sur les motivation de Camélia

 

Des révélations avant les élections départementales

Alors se pose aussi une autre question plus politique : pourquoi Camélia parle-t-elle aujourd'hui, plusieurs mois après son départ de chez madame Cottalorda, et à deux semaines d'une élection ? "Je n'ai jamais triché, si on cherche à mêler mon engagement politique à la manière dont mes parents ont accueilli cette personne, c'est qu'on est dans une exploitation de caniveau" se défend** Alain Cottalorda. L'élu socialiste isérois ne portera pas plainte, en revanche l'association d'aide à domicile qui intervient chez madame Cottalorda devrait intenter une action contre la jeune roumaine qui aujourd'hui a quitté la France. Quant à Camélia, elle n'a jamais porté plainte contre la famille Cottalorda.

Alain Cottalorda 2 / complot politique

 

 

 

 

bandeau doss departementales 38 - Maxppp
bandeau doss departementales 38 © Maxppp

Partager sur :