Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le président du Stade Montois Rugby Féminin s'oppose toujours à la montée

mardi 12 juin 2018 à 11:00 Par Renaud Biondi-Maugey, France Bleu Gascogne

Même si la pétition lancée par des joueuses recueille ce mardi plus de 2700 signatures, le président du club s'oppose toujours à la montée en deuxième division. Didier Courtade évoque des contraintes logistiques trop fortes et un effectif insuffisant.

Les filles du Stade Montois Rugby resteront en Fédérale 1 la saison prochaine
Les filles du Stade Montois Rugby resteront en Fédérale 1 la saison prochaine © Maxppp - MICHEL CLEMENTZ

Mont-de-Marsan, France

"On ne peut pas se le permettre" : le président du Stade Montois Rugby Féminin dit toujours non à la montée en deuxième division la saison prochaine. Contacté ce mardi par France Bleu Gascogne, Didier Courtade maintient sa position, malgré la pétition lancée sur internet

Dans cette pétition, rassemblant ce mardi à 11h plus de 2700 signatures, des joueuses demandent au président d'autoriser le club à monter en deuxième division la saison prochaine. Les filles, qui ont évolué cette saison en Fédérale 1 (l'équivalent de la 3e division), ont obtenu leur montée sportivement. Mais le président du Stade Montois Rugby Féminin a fait savoir à la Fédération française de rugby qu'il ne souhaitait pas être promu. Le club restera donc en Fédérale 1.

"Ce n'est pas qu'une question financière" explique Didier Courtade à France Bleu Gascogne. "Il manque une dizaine de filles dans les effectifs pour intégrer la deuxième division, et cela poserait des problèmes logistiques pour assurer les déplacements." Il assure que la décision est collective, prise avec les membres de l'équipe dirigeante, et regrette que cette pétition crée des "tensions alors qu'on essaye de rassembler tout le monde". 

Si les filles assurent dans leur pétition avoir jusqu'à ce mercredi pour faire changer d'avis le président du club, celui-ci affirme au contraire que la date limite autorisée par la fédération est déjà dépassée, et que la décision de ne pas monter est donc irréversible. 

Ce refus d'intégrer la D2  entraîne une sanction automatique : les filles du Stade Montois Rugby ne pourront pas jouer les phases finales de la Fédérale 1 la saison prochaine. Didier Courtade affirme se donner deux ans pour renforcer l'équipe, et "alors, espère-t-il, la montée sera possible".

Mais avec quel effectif ? Certaines joueuses menacent de quitter le club et d'en récréer un autre sur de nouvelles bases.