Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le prestigieux concours Un des Meilleurs Ouvriers de France avait rendez-vous à Yssingeaux

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Yssingeaux, France

Le prestigieux concours d'Un des Meilleurs Ouvriers de France revenait à l'Ecole nationale supérieure de Pâtisserie d'Yssingeaux, en Haute-Loire, après treize ans d'absence. Un moment exceptionnel, qui permet à ces passionnés de porter la pâtisserie au rang d'art.

Cette pièce de l'Ecole Nationale Supérieur de Pâtisserie d'Yssingeaux s'est transformée en salle d'exposition pour accueillir les créations des 29 participants pendant quatre jours.
Cette pièce de l'Ecole Nationale Supérieur de Pâtisserie d'Yssingeaux s'est transformée en salle d'exposition pour accueillir les créations des 29 participants pendant quatre jours. © Radio France - Noémie Philippot

Le meilleur de la pâtisserie avait rendez-vous à l'Ecole nationale supérieure de pâtisserie d'Yssingeaux en Haute-Loire. L'ENSP accueillait toute cette semaine de janvier les demi-finales du concours d'Un des Meilleurs Ouvriers de France (MOF). Les vingt-neuf candidats avaient quinze heures pour composer tout un tableau de pâtisseries. 

Un univers de passionnés

Impossible de participer à un tel concours sans être un véritable passionnée. A trente-six ans et avec vingt ans d'expérience, Aurélien Trottier participe pour la première fois : " L'envie d'excellence, d'essayer de se confronter à soi-même, présenter son travail à des professionnels reconnus et connus, c'est important pour savoir où on se situe."

C'est aussi l'occasion de pousser leur art à son maximum. "Un entremet de concours n'est pas réalisable en entreprise, explique Bruno Montcoudiol, pâtissier MOF installé à Monistrol-sur-Loire et membre du jury des demi-finales, parce qu'il y a beaucoup plus de textures, beaucoup plus de recherche. _On ne peut pas se permettre de faire ça dans nos boutiques au quotidien._"

On admire, mais on ne goûte pas

Selon Dominique Brun, le responsable technique et pédagogique de l'ENSP, le public qui admire les créations des pâtissiers n'est pas n'importe lequel : " C'est comme une exposition de tableaux ! Ça s'adresse à des pâtissiers qui sont avertis, qui savent le travail que représente rien qu'une petite pâtisserie qui semble toute simple. Un professionnel se dit "wouah, le boulot qu'il y a là-dedans c'est fabuleux !" "

Alors même sans saisir forcément le défi technique, on imagine les années de travail pour arriver à tel résultat. Par contre, le public ne profite qu'avec les yeux, et c'est la même chose pour une partie du jury : seul le jury "dégustation" peut goûter les pâtisseries. 

Les Jeux Olympiques de la pâtisserie

Mais pourquoi ce concours attire autant ? Pour Dominique Brun c'est simple, devenir MOF,  c'est tout simplement le Graal : " C'est un peu comme les Jeux Olympiques, on est au summum ! Bien qu'en pâtisserie, on s'améliore tout le temps, mais à un moment on a gagné un prix qui est le MOF, et ça, c'est fabuleux !"

Les vingt-neuf candidats de cette édition sauront dans un mois s'ils ont leur ticket pour la finale du concours ou non.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess