Société

Le prix du lait inquiète les producteurs ligériens

Par Rémi Ink, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 4 mars 2014 à 19:46

André et Hervé à l'ouverture du 7e COngrès de l'Organisation des Producteurs de Lait
André et Hervé à l'ouverture du 7e COngrès de l'Organisation des Producteurs de Lait © Radio France

L'inquiétude monte dans les rangs des producteurs de lait ligériens. Devant des prix trop bas, c'est leur survie, leur niveau de vie, le développement de leur activité et la pérennité de leur exploitation qui sont en jeu. Ils étaient réunis mardi à Montrond-Les-Bains pour le septième congrès de l'Organisation des Producteurs de Lait.

L'inquiétude des producteurs de lait du département grandit de jour en jour sur les prix pour l'année à venir. Les enseignes sont régulièrement mises en cause dans leur relation avec les transformateurs et les agriculteurs. Les cours de ce nouvel "or blanc" ont flambé de près de 10% sur le marché mondial l'an dernier et les éleveurs demandent une revalorisation pour 2014.

Un prix trop bas

Pourtant, le prix payé aux éleveurs est trop bas, selon eux, ce qui les empêche de dégager des marges pour se verser un salaire suffisant ou pour développer leur activité. Ils étaient réunis mardi à Montrond les Bains pour le 7e congrès de l'Organisation des Producteurs de Lait, une organisation crééé en 2007.

Parmi eux, Hervé Gérin, producteur de lait à Aveizieux. Il décrit un prix du lait trop bas pour 1.000 litres et une difficulté pour les jeunes à assurer la relève.   

"Beaucoup font quelques années et puis ils n'arrivent plus à s'en sortir!" (Hervé Gérin)

André Defait, est lui producteur à Saint Héand. Il craint la fin des quotas en 2015. Pour le moment, c'est l'administration qui gère le système mais il craint que la production massive ne fasse chuter les prix du lait et que les producteurs soit pieds et poings liés face aux laiteries.

"De plus en plus, le producteur sera un ouvrier agricole au service des laiteries!" (André)

 

Partager sur :