Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Nordahl Lelandais

Le procès de Nordahl Lelandais vu par un dessinateur de presse, Valentin Pasquier

Toute photo ou vidéo des audiences lors des procès d’assises sont interdites. Seuls les dessinateurs de presse peuvent croquer les scènes d’audience. Rencontre avec Valentin Pasquier, présent sur toute la durée du procès de Nordahl Lelandais. Vous découvrez ses dessins sur francebleu.fr.

Valentin Pasquier, dessinateur de presse pour France Bleu, en salle d'audience, en plein travail pendant une brève interruption de séance
Valentin Pasquier, dessinateur de presse pour France Bleu, en salle d'audience, en plein travail pendant une brève interruption de séance © Radio France - Anabelle Gallotti

Le procès de Nordahl Lelandais est très médiatisé depuis presque dix jours maintenant. On suit aussi ce procès, en direct sur les réseaux sociaux des journalistes spécialistes ou sur l’article "direct" de francebleu.fr. Les dessinateurs de presse sont les seuls à pouvoir représenter ce qui se passe dans la salle d’audience. Ils le font avec leur crayon de bois ou plutôt à l’encre de chine pour Valentin Pasquier. Rencontre. 

"C'est hyper plaisant de travailler en dessinant" - Valentin Pasquier, dessinateur

Le procès de Nordahl Lelandais vu par un dessinateur de presse, Valentin Pasquier

Depuis combien de temps croquez-vous les procès d'assises ? 

Je fais cela depuis plusieurs années maintenant, j'ai croqué une dizaine de procès d'assises. J'étais récemment sur le procès de Jonathann Daval à Vesoul. À la base, je suis journaliste, je travaille pour la télévision. Je suis aussi passionné par le dessin et je tiens des carnets de voyage, par exemple. Un jour j'ai proposé à ma rédaction de couvrir un procès, non pas avec la caméra mais avec mon crayon. Je n'ai pas de formation artistique, je fais ça pour le travail et le plaisir. 

Quelle est votre priorité quand vous dessinez aux assises : la ressemblance, retranscrire une attitude, dessiner une ambiance ? 

Il faut que le dessin soit ressemblant évidement, surtout quand l'accusé, comme c'est le cas avec Nordahl Lelandais est très médiatisé et que de nombreuses photos ont été publiées de lui. Mais il s'agit aussi de faire ressentir une ambiance générale, l'attitude des témoins, de l'accusé ou des parties civiles. On est des témoins privilégiés, on est au sein de l'audience, il y a des dialogues, des moments assez forts. Notre rôle est de retranscrire cela sur le dessin, c'est une grosse responsabilité. 

Nordahl Lelandais, dessiné lundi pendant le témoignage des deux expertes psychologues
Nordahl Lelandais, dessiné lundi pendant le témoignage des deux expertes psychologues © Radio France - Anabelle Gallotti

Y a-t-il une difficulté particulière pour vous, dans ce procès de Nodahl Lelandais ? 

Ce n'est pas vraiment une difficulté, parce que c'est mon travail, mais ce qui est particulier ici, c'est que l'accusé s'exprime assez peu. Et surtout parce qu'il est très peu expressif. Alors, il faut être attentif à chaque moment et savoir donner à voir l'accusé dans toute sa complexité. Il n'y a pas beaucoup d'émotions, de dialogue, de choses spontanées. Mais il faut réussir à capter les petits moments quand Nordahl Lelandais s'excuse par exemple par rapport à la famille Noyer, qui elle reste figée. Cela est intéressant et stimulant. 

Comment choisissez-vous la personne à dessiner, au-delà des principaux protagonistes bien sûr ? 

C'est mon travail de journaliste de savoir ce qui va compter dans ce procès, d'évaluer si une personne va rester témoigner longtemps à la barre, pour y tenir des propos essentiels ou non. Mais parfois, je peux me tromper, dans ces cas-là évidement, je ne termine pas mon dessin et je ne le publie pas. 

Après avoir croqué une scène Valentin scanne son travail aux rédactions
Après avoir croqué une scène Valentin scanne son travail aux rédactions © Radio France - Anabelle Gallotti

Les dessins de Valentin Pasquier déjà publiés francebleu.fr

Premier jour d'audience

-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier

Deuxième jour d'audience

-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier

Troisième jour d'audience

-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier

Quatrième jour d'audience

-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier

Cinquième jour d'audience

-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier

Sixième jour d'audience

-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
-
- - Valentin Pasquier
Choix de la station

À venir dansDanssecondess