Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le projet artistique "le son et le soin" crée la polémique à Bourganeuf

-
Par , France Bleu Creuse

Le lycée Delphine Gay de Bourganeuf, annule son partenariat avec "Le Son et le Soin". Ce projet artistique se déroule jusqu'au 26 janvier. Mais la Miviludes, qui lutte contre les dérives sectaires, a récemment lancé une alerte au sujet des pratiques médicales prônées par certains intervenants.

Un cérémonie des chakras
Un cérémonie des chakras - Pierre Redon« 9 » le Son & le Soin – Les Sœurs Grées

Bourganeuf, France

Le "Son et le Soin" est un projet artistique dans lequel l'artiste creusois Pierre Redon s'investit depuis 5 ans. Il s'interroge sur cette question : "comment le son influence-t-il notre état psychique ou physique ?". Sa création a l'ambition de confronter la science occidentale à des méthodes de soins non reconnues, souvent issues d'autres cultures. Jusqu'au 26 janvier, l'artiste convie des musiciens du monde entier et ce qu'il appelle "des maîtres du soin", à Bourganeuf. Le public est invité à découvrir des projections et à tester des "soins" individuels ou collectifs

Initialement, des ateliers devaient aussi débuter le jeudi 9 janvier, avec les élèves du lycée professionnel Delphine Gay. L'équipe enseignante avait travaillé pendant plusieurs mois avec l'artiste, dans le cadre d'un projet "d'éducation artistique et culturelle". 

Cependant il y a quelques semaines, la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, a lancé une alerte au sujet des pratiques médicales prônées par certains intervenants. L'inspecteur d'académie de la Creuse s'est penché plus longuement sur le programme du festival. En accord avec le lycée Delphine Gay, ils ont alors décidé d'arrêter leur partenariat au dernier moment

Qu'est-ce qui inquiète la Miviludes? 

Anne Josso, la secrétaire générale de la Miviludes explique avoir informé les autorités car : "certains intervenants inscrits sur le programme pratiquent des méthodes comme celle des constellations familiales ou de la reprogrammation cellulaire, sur lesquelles nous appelons à la plus grande prudence depuis des années". 

C'est d'ailleurs en voyant ces mentions sur la plaquette de l’événement qu'une antenne locale du GEMPPI ( Groupe d’Etude des Mouvements de Pensée en Vue de la Protection de l’Individu) a fait un signalement à la Miviludes. 

Anne Josso assure que les prétentions thérapeutiques de ces méthodes ne "sont validées par aucune étude scientifique". 

Elles peuvent conduire dans certains cas à une déstabilisation mentale et à des ruptures relationnelles préjudiciables

En d'autres termes, ces méthodes peuvent faire l'objet de dérives sectaires. La Miviludes précise par ailleurs qu'elle n’accuse pas Pierre Redon, lui-même de dérives sectaires. Cependant, l'organisme s'est beaucoup inquiété que ces méthodes de soins soient mises en avant auprès d'un "jeune public", dans l'enceinte même d'un lycée

Une décision ferme de l'Education nationale 

Alerté, l'inspecteur d'académie de la Creuse, Laurent Fichet a convoqué une réunion lundi 6 janvier. Il confirme que le projet avait été conçu sérieusement : " Les enseignants, le chef d’établissement du lycée et la DRAC, (la direction générale des affaires culturelles) ont élaboré ce projet durant plusieurs mois. Ce n'est pas une construction sortie au dernier moment". 

Laurent Fichet, l'inspecteur d'académie de la Creuse - Radio France
Laurent Fichet, l'inspecteur d'académie de la Creuse © Radio France - Camille André

Au cours de cette réunion, l'inspecteur d'académie se rend compte que le projet comporte deux aspects rédhibitoires. Comme la Miviludes, il s'inquiète de la présence des intervenants qui prônent des méthodes de soins décriées. Cependant, il découvre aussi une autre partie du programme : les élèves étaient censés participer à "une cérémonie des Chakras". D'après la plaquette de l’événement, ce concert permet de "réharmoniser les centres énergétiques" des spectateurs au son de certains instruments. 

"Ce travail sur les chakras est en fait une cérémonie bouddhiste", explique Laurent Fichet "Pour ceux qui ont préparé le programme, cela avait un intérêt culturel. Mais le fait est qu'on fait participer des élèves à une cérémonie religieuse"

c'est parfaitement interdit par la laïcité telle qu'on la conçoit dans le cadre scolaire

En effet en France, l'école ne peut pas promouvoir, ou paraître promouvoir une religion. "Ces éléments étaient totalement rédhibitoires pour que l'Education Nationale puisse participer à ces activités", tranche Laurent Fichet. 

L'inspecteur d'académie de la Creuse soutient l'équipe pédagogique qui a préparé ce projet : " Ils ont fait les choses en toute bonne foi. Les questions des dérives sectaires ou même du prosélytisme sont pointues. Il a fallu que des associations spécialisées nous alertent pour que l'on prenne conscience du problème". 

L'artiste Pierre Redon dénonce une censure

Alors qu'une partie de son événement est tombée à l'eau à la dernière minute, l'artiste Pierre Redon ne décolère pas. Il assure : "Ces techniques, elles sont interprétées comme sujettes à beaucoup de dérives, mais moi elles m'intéressent. Elles ont été éprouvées depuis les années 70 et puis des dérives, vous savez il y en a partout. On peut trouver des personnes qui ont eu des soucis suite à une constellation familiale, tout comme on peut trouver des abus de la médecine, parce qu'une personne a pris trop d’anxiolytiques dans sa vie par exemple".

Par ailleurs, à en croire Pierre Redon, les jeunes n'auraient pas été en contact avec les intervenants qui pratiquent les méthodes de soins décriées par la Miviludes. Cela ne faisait pas partie de leur programme. 

Une cérémonie des chakras - Aucun(e)
Une cérémonie des chakras - Pierre Redon « 9 » le Son & le Soin – Les Sœurs Grées

L'artiste estime qu'il fait l'objet d'une censure. "Ça n'a aucun caractère prosélyte. On montre le monde dans ses multiples facettes. 

Ce que font ces gens, c'est empêcher l'accès a la connaissance et à la diversité culturelle

"C'est une forme de censure, puisque ce travail-là est une oeuvre qui relève de l'esthétique relationnelle", conclut Pierre Redon.

Pierre Redon menace de porter plainte pour diffamation. Par ailleurs, le désengagement du lycée a des conséquences financières, puisque initialement, les intervenants devaient être hébergés et nourris par l'établissement scolaire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu