Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le projet de centre commercial Oxylane à Saint-Clément-de-Rivière verra-t-il le jour ?

mercredi 26 septembre 2018 à 4:18 Par Elena Louazon, France Bleu Hérault

Le projet Oxylane n'en finit plus de faire parler. Quatre ans après l'annonce de la création de ce centre commercial à Saint-Clément-de-Rivière (Hérault); les opposants continuent de protester contre sa construction. Il y a quelques jours, ils ont reçu un soutien de poids : celui du préfet.

Illustration. Décathlon a obtenu un permis d'aménagement en 2015
Illustration. Décathlon a obtenu un permis d'aménagement en 2015 © Maxppp - Michael Esdourrubailh

Saint-Clément-de-Rivière, France

Le projet Oxylane n'en finit plus de faire parler. Ce village commercial de 33.000 mètres carrés près de Saint-Clément-de-Rivière a reçu un permis d'aménagement en 2015. Mais depuis, les recours en justice déposés par des opposants se multiplient pour empêcher le début des travaux. Ils dénoncent la destruction de 23,5 hectares de surfaces agricoles. Il y a quelques jours, le préfet de l'Hérault s'y est également déclaré opposé, dans le dossier d'enquête publique de l'aménagement du territoire du Grand Pic Saint-Loup. 

Le préfet privilégie la préservation des terres agricoles

Pour Décathlon et ses soutiens, le village commercial Oxylane de Saint-Clément-de-Rivière doit être un moteur au développement économique du territoire : 220 emplois devraient être crées, et le fonctionnement permettrait des rentrées d'un million d'euro chaque année au titres de taxes locales annuelles. Des enseignes telles que Truffaut ou O'Tera ainsi que des activités ludiques et des espaces "santé-bien-être" sont prévus. 

Le préfet de l'Hérault a estimé que ce développement économique était en contradiction avec l'objectif de "préserver les paysages, les espaces naturels les espaces naturels et agricoles et la ressource en eau [...]. Le préfet souligne en outre que les terres concernées sont utilisées pour la culture et que leur disparition constituerait une réduction des espaces biologiques, mais aussi que la création d'un centre commercial risquerait de provoquer une saturation des routes. En conséquence, il demande le retrait du projet

L'enquête publique est ouverte jusqu'au 19 juin - Aucun(e)
L'enquête publique est ouverte jusqu'au 19 juin - DR

"C'est un élément très important. Si le projet est retiré du plan d'aménagement territorial, ça valide le fait qu'on puisse déposer un recours, se réjouit Jean Michel Helary, le secrétaire général de SOS Lez Environnement. Cette prise de position est très importante pour nous, en plus d'être une invitation très ferme à retirer le projet.. Donc on souhaite que Décathlon soit raisonnable et retire ce projet."

Ça représente un obstacle de plus à ce projet. Jean Michel Helary, Secrétaire général de SOS Lez Environnement

La communauté de commune du Grand Pic saint-loup affirme de son côté qu'il n'est pas possible de revenir sur le permis d'aménagement délivré en 2015 à Décathlon. Seul un tribunal administratif a désormais le pouvoir de l'invalider. 

Les opposants se félicitent malgré tout de cette décision, qui témoigne selon eux d'une évolution des mentalités : "Les services de l'état considèrent que l'aspect environnemental prime sur l'aspect économique, qui est l'argument de nos adversaires. Ce n'est pas juste l'avis d'une petite association. C'est un grand pas en avant pour la prise de conscience de l'urgence de la lutte contre le dérèglement climatique", s'enthousiasme le secrétaire général. 

Vous pouvez donner votre avis sur ce projet : l'enquête publique est ouverte, jusqu'au 19 octobre prochain sur internet et en mairie.