Société

Le projet de loi Santé arrive à l'Assemblée, nouvelle grève des médecins

Par Thibaut Lehut, France Bleu mardi 31 mars 2015 à 5:30

Marisol Touraine, ministre de la Santé.
Marisol Touraine, ministre de la Santé. © Maxppp

Le projet de loi Santé, porté par la ministre Marisol Touraine, arrive ce mardi à l'Assemblée nationale pour deux semaines de débats. De quoi raviver la colère des médecins, toujours opposés notamment à la généralisation du tiers-payant, et qui appellent à une fermeture des cabinets.

Gouvernement et médecins ne faiblissent pas, dans le bras-de-fer qui les opposent autour du projet de loi Santé. Ce mardi, le texte défendu par Marisol Touraine commence son parcours parlementaire par l'Assemblée nationale, où il doit être débattu pendant deux semaines. Parallèlement, les syndicats de médecins appellent à une "journée santé morte", avec fermeture des cabinets et grève de la permanence des soins. Un rassemblement est prévu autour de l'Assemblée en début d'après-midi, ainsi que des actions en région.L'ouverture de ces débats parlementaires vont remettre un coup de projecteur sur une mobilisation des médecins et cliniques qui n'a pas cessé depuis le mois d'octobre, date à laquelle le projet avait été présentée. Mais le gouvernement a tenu bon, notamment sur la généralisation du tiers-payant à tous les Français d'ici 2016. La bataille devrait dans les prochains jours prendre un tour politique.

Près de 2.400 amendements

Si le PS peut compter sur le soutien des députés écologistes, il devra en revanche combattre une droite farouchement opposé au texte. L'opposition a d'ores et déjà promis de combattre le projet par la voix de Christian Jacob, chef de file des députés UMP. Ce dernier estime que le texte va "occasionner une surconsommation médicale" et demander  "davantage de travail administratif pour les médecins".Les 57 articles du projet de loi ont déjà été amplement complétés en commission par des amendements, principalement du gouvernement et des cinq rapporteurs, sur le droit à l'oubli pour les anciens malades du cancer, le don d'organes ou encore la suppression du délai de réflexion pour une IVG. Près de 2.400 amendements ont été déposés pour la séance. Une implication des élus qui s'explique par le fait que de nombreux parlementaires, eux-mêmes médecins ou pharmaciens, s'investissent en matière de santé.

Ce qui fâche les médecins dans la loi santé. - Aucun(e)
Ce qui fâche les médecins dans la loi santé.

Partager sur :