Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le projet du gazoduc Eridan toujours contesté en Vaucluse

mercredi 23 juillet 2014 à 17:06 Par Philippe Chauché, France Bleu Vaucluse

Les opposants au gazoduc Eridan demandent une enquête indépendante sur ses risques et ses impacts notamment pour le Vaucluse.

Construction d'un gazoduc par GRT-Gaz (illustration)
Construction d'un gazoduc par GRT-Gaz (illustration) © MaxPPP

ERIDAN 1

ERIDAN 2

Les opposants au projet de gazoduc Eridan demandent une étude indépendante . Le Gazoduc ira de Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône à Saint-Avit dans la Drôme et traversera le Vaucluse. Les opposants ont saisi le Préfet de la Drôme qui coordonne ce projet. Il doit dédoubler la canalisation existante enterrée en 1974 par un tuyau beaucoup plus gros qui va multiplier par cinq la capacité de transport de gaz.

La consultation publique est terminée, les autorisations n'ont pas encore été données. Mais les opposants de l'Association de Défense de l'Environnement Confluence Aygues Rhône mettent en cause sa sécurité et notamment les risques d'explosion de nuage gazeux . Ils demandent une étude d'impact indépendante et s'appuient sur les remarques de l'IRSN - l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire, concernant le tracé à proximité de la centrale de Marcoule, des remarques valables pour tout le tracé estime l'association installée à Bédarrides.

GRT-Gaz, qui porte ce projet, répond que toutes les études ont été validées et acceptées par tous les acteurs du dossier. Le projet attend d’être validé et le premier coup de pioche n’aura pas lieu, au mieux, avant fin 2016.