Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le projet Solarzac continue, avec la promesse d'une "taille réduite"

-
Par , France Bleu Hérault

Les promoteurs d'Arkolia ont annoncé la poursuite des études sur le projet de parc photovoltaïque sur le plateau du Larzac, avec notamment une taille plus modeste.

Arkolia promet notamment un projet qui protégera mieux la biodiversité.
Arkolia promet notamment un projet qui protégera mieux la biodiversité. © Maxppp -

Le Cros, France

La société Arkolia Energies, maître d'ouvrage du projet Solarzac, un vaste parc photovoltaïque sur le plateau du Larzac, a dressé le bilan de la concertation qui a eu lieu durant tout le premier semestre 2019. Le groupe a annoncé la poursuite des études. Le projet reste d'actualité mais en plus modeste, avec notamment la promesse d'une taille réduite. 

Au départ de 400 hectares, cette taille pourrait être revue à la baisse : une des hypothèses fait état de 220 hectares. La réflexion sera pilotée par Jean-Paul Volle, géographe. Il insiste sur le fait que les panneaux solaires cohabiteront avec des troupeaux : "L'espace libéré sur les 400 hectares intégrera une logique d'élevage par le biais d'une mise en herbe, qui permettrait d'alimenter en fourrage d'hiver les troupeaux."

La nouvelle mouture projette aussi de limiter la consommation d'eau, ou encore de mieux protéger la biodiversité.

"Le projet est illégal, qu'il fasse 10 ou 400 hectares." (Julien Pradel, de l'association Terres du Larzac)

Mais l'association Terres du Larzac reste vent debout contre le projet, "illégal, qu'il fasse 10 ou 400 hectares", martèle Julien Pradel, du conseil d'administration. Il dénonce aussi ce délai d'un an, décidé par l'entreprise le temps d'élaborer un nouveau scénario : "Ça veut dire gagner du temps : les échéances électorales, un nouveau préfet plus favorable au projet... Ils essaient d'avoir un moment plus favorable pour eux."

De son côté la société Arkolia s'engage à informer régulièrement le public sur l'avancée des études, et sur leurs résultats.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu