Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le PS sanctionné par la Cnil après une grave faille de sécurité sur son site internet

jeudi 27 octobre 2016 à 20:51 Par France Bleu, France Bleu

La Commission nationale de l'informatique et des libertés a lancé ce jeudi un avertissement public au Parti socialiste pour une faille de sécurité sur son site, laquelle aurait concerné plusieurs dizaines de milliers d'adhérents.

Le problème aurait concerné plusieurs dizaines de milliers de primo-adhérents
Le problème aurait concerné plusieurs dizaines de milliers de primo-adhérents

Dans un communiqué publié ce jeudi soir, la Commission nationale de l'informatique et des libertés a averti le Parti socialiste qu’une importante faille de sécurité sur son site internet avait permis d'accéder aux "nom, prénom, adresses électronique et postale, numéros de téléphone fixe et mobile, date de naissance, adresse IP, moyen de paiement et montant de la cotisation de certains adhérents".

Plusieurs dizaines de milliers de primo-adhérents

"Cette faille avait été rendue possible par l'utilisation d'une technique non sécurisée d'authentification à la plateforme" de suivi des primo-adhésions, a précisé la Cnil qui avait été alertée par l'éditeur du site zataz.com, spécialiste en sécurité informatique. Le problème aurait concerné plusieurs dizaines de milliers de primo-adhérents.

Manquement aux obligations de veiller à la sécurité des données

La commission a estimé que le PS avait manqué à ses obligations de veiller à la sécurité des données des primo-adhérents et de fixer une durée de conservation des données "proportionnelle aux finalités du traitement", en les conservant sans limitation de durée. Au lendemain du contrôle de la Commission effectué le 26 mai, le PS a "pris les mesures nécessaires pour y mettre fin", a indiqué la Cnil.