Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Puy-en-Velay : "Madama a disparu", l'émotion et l'inquiétude des parents d'accueil du réfugié malien

"Madama a disparu, nous n'avons plus de nouvelles", c'est ce qu'ont annoncé les deux enseignants altiligériens qui avaient pris Madama Diawara sous leurs ailes ces deux dernières années.

Véronique de Marconay et Éric Durupt place du Breuil ce jeudi 15 avril.
Véronique de Marconay et Éric Durupt place du Breuil ce jeudi 15 avril. © Radio France - ER

Une centaine de personnes se sont réunies ce jeudi 15 avril au Puy-en-Velay, place du Breuil devant la préfecture de la Haute-Loire en soutien à Madama Diawara, ce jeune Malien sous le coup d'une obligation de quitter le territoire. Décision du préfet, confirmée par le tribunal administratif de Clermont-Ferrand cette semaine.  

Le couple qui avait pris ce jeune homme sous son aile a dit toute sa déception et sa colère. Il a aussi assuré ne plus avoir de nouvelles du jeune homme qui n'est pas venu signer lundi à la gendarmerie de Saint-Paulien, comme il devait le faire dans le cadre de son assignation à résidence. Tous deux étaient très émus : "nous n'avons plus de nouvelles de lui et nous sommes très inquiets", a annoncé Éric Durupt en larmes. L'enseignant estime que Madama était terrifié à l'idée de retourner au centre de rétention administrative et d'être reconduit au Mali. 

Éric Durupt en pleurs quand il donne des nouvelles de Madama.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Monsieur X se disant Diawara Madama (...) avait l’obligation de pointer tous les lundis et jeudis", écrit la préfecture de la Haute-Loire dans un communiqué publié pendant que le couple s'exprimait. "Il devient désormais passible des sanctions pénales, soit un an d’emprisonnement." De retour à son domicile, le couple a découvert dans sa boîte aux lettres une convocation au commissariat de police jeudi prochain, Éric Durupt devant répondre d'outrage à agent en février lors sa grève de la faim. Lui et sa compagne avaient voulu entrer dans la préfecture avec Madama.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess