Société

Le Puzzle, accueil de jour pour les sans-abris à Rennes, manque de place.

Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique lundi 16 janvier 2017 à 5:08

Le 115, le numéro du Samu social, souvent submergé
Le 115, le numéro du Samu social, souvent submergé © Radio France - Brigitte Hug

Le Puzzle est l'un des rares centres d'accueil de jour pour les personnes sans-abri, à Rennes. Il a été créé, il y a 16 ans, à l'initiative de l'association de Sauvegarde de l'Enfant à l'Adulte en Ille-et-Vilaine. Les SDF sont de plus en plus nombreux à y venir pour tenter d'oublier la rue.

Pour entrer au Puzzle, il faut sonner à la grille. Les éducateurs viennent ouvrir. Pas de barrage. Tout le monde est accueilli à condition d'être majeur. Seul le prénom est demandé. Pas d'identité. Pas de questions. "Nous sommes là plutôt pour les écouter, les laisser se poser.", insiste Steve Waisse, un des trois travailleurs sociaux. Il fait froid et dans la petite cour, seuls quelques fumeurs discutent. "L' été, des tables et des chaises sont installées, la cour est fleurie et l'endroit est agréable.", précise la directrice du Pôle Précarité Insertion Patricia Butticaz. Dans un coin, il y a 6 box pour les chiens. Pour le moment, le chenil est vide.

Les sans-abri attendent que leur linge sèche - Radio France
Les sans-abri attendent que leur linge sèche © Radio France - Brigitte Hug

A l'intérieur, en face de la porte d'entrée, les machines à laver et sécher le linge tournent sans arrêt. 1 euro la machine. Les sans-abri ont pris une douche et , en peignoir, ils attendent de pouvoir se rhabiller. "Trois machines à laver et trois à sécher, c'est nettement insuffisant alors qu'on accueille une quarantaine de personnes par jour en moyenne et une soixantaine l'hiver. Il n'y a pas d'autre laverie pour les sans-abri à Rennes!" s'insurge Patricia Butticaz.

Patricia Butticaz:" Trois machines à laver et à sécher, c'est nettement insuffisant!"

Jeu de cartes avec l'éducatrice - Radio France
Jeu de cartes avec l'éducatrice © Radio France - Brigitte Hug

Ils viennent se mettre au chaud et se reposer

Dans la salle, des sans-abris se sont lancés dans une partie de belote. Ils ne veulent pas être pris en photo. Pauleta est en colère. Il était dans un squat. "Le squat a été évacué et, maintenant, je dors sous une tente, près de la Vilaine.". Quelques SDF jouent à Puissance 4 ou aux échecs, en compagnie des éducateurs. D'autres discutent simplement assis autour des tables ou dans les fauteuils, un café à la main. 30 centimes le café à la machine. D'autres encore restent silencieux sur leur chaise. Ils viennent se mettre au chaud et se reposer. "C' est important de ne pas rester seule, à ruminer dans son coin.", sourit doucement Catherine. Les femmes sont peu nombreuses à venir au Puzzle. Il y a surtout des hommes et de plus en plus de migrants.

Catherine vit dans sa voiture et Angéline a été mise dehors par ses parents - Radio France
Catherine vit dans sa voiture et Angéline a été mise dehors par ses parents © Radio France - Brigitte Hug

Catherine: "Il ne faut pas rester tout seul dans son coin"

Au bout de la salle, Rachid a transformé un petit coin en salon de coiffure. Il coiffe des jeunes en errance qui sont devenus ses amis. Avec sa tondeuse, il leur fait des coupes tendance. "Je leur fais plaisir et moi, je m'occupe. J'aimerais bien être coiffeur.".

Rachid coiffe ses copains SDF comme lui - Radio France
Rachid coiffe ses copains SDF comme lui © Radio France - Brigitte Hug

A l'autre bout du centre d'accueil, l'infirmière reçoit les sans-abris dans une petite pièce. Elle donne les premiers soins et médicaments. "J'ai une armoire à pharmacie comme celle des humanitaires.". La porte de Sarah Gassel est ouverte et les SDF viennent facilement la voir pour lui confier leurs bobos et leurs plus grandes misères. Ce jeudi après-midi là, le Puzzle a accueilli 48 personnes.