Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le QI moyen des Français a baissé de 3,8 points en dix ans

mardi 25 juillet 2017 à 12:51 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Selon plusieurs études publiées en début de semaine, le niveau d'intelligence global des habitants des pays occidentaux a baissé ces dernières années. La faute, notamment, des perturbateurs endocriniens et de la consommation de cannabis.

Les Français sont-ils moins intelligents qu'avant ?
Les Français sont-ils moins intelligents qu'avant ? © AFP - Frederick Florin

Si le XXe siècle a été marqué par une nette augmentation du quotient intellectuel moyen des habitants des pays occidentaux, le XXIe sera-t-il celui d'un retour en arrière ? C'est en tout cas ce que semblent montrer plusieurs études publiées en début de semaine dans la revue scientifique Intelligence. Depuis une quinzaine d'années, le QI de la population serait en baisse constante.

En France, entre 1999 et 2009, le QI moyen a donc perdu 3,8 points. Une autre étude menée entre 2002 et 2006 établissait le QI moyen des Français à 98, au même rang que l'Espagne et les Etats-Unis (ce sont les habitants de Hong-Kong et Singapour qui ont la plus haute moyenne, à 108). Plus inquiétant encore : par rapport à la période de la seconde révolution industrielle, le QI moyen des Britanniques a chuté de 14 points.

Haschisch et perturbateurs endocriniens

Quelles sont les causes de cette dégradation ? Elles sont variées, selon les différentes études, mais leur poids respectif est assez difficilement quantifiable. L'un de ces facteurs est d'ordre social : les personnes avec un QI plus élevé faisant des études plus longues, l'âge de leur premier enfant est plus élevé, et leur nombre d'enfants est plus bas, leur représentation au sein de la population étant donc plus faible.

Autre facteur possible : la consommation de haschisch, dont la prise répétée a une mauvaise influence sur le cerveau. Enfin, la prolifération des perturbateurs endocriniens, dont certains bloquent l'action de l'iode, qui joue un rôle dans le développement du cerveau.