Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le ras-le-bol des supporters marseillais privés de stade alors qu'ils sont abonnés

dimanche 4 février 2018 à 18:07 Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse

Ils payent pour d'autres. Ils sont sanctionnés, alors qu'ils ne sont pas responsables. Des centaines de supporters de l'Olympique de Marseille ont encore été privés du match OM / Metz, vendredi dernier, parce que leur tribune a été frappée d'un huis-clos presque à la dernière minute.

Daniel et Catherine, de Châlons-en-Champagne et abonné chez les Yankee, ont failli manquer OM / Metz : ils ont appris seulement le matin du match que leur groupe était frappé d'un huis-clos par la LFP
Daniel et Catherine, de Châlons-en-Champagne et abonné chez les Yankee, ont failli manquer OM / Metz : ils ont appris seulement le matin du match que leur groupe était frappé d'un huis-clos par la LFP © Radio France - Tony Selliez

MARSEILLE

Daniel et Catherine habitent loin, très loin de Marseille : à Châlons-en-Champagne. 700 kilomètres. Mais ils sont tous les deux abonnés chez les Yankee. Et comme des centaines d'autres abonnés en virages, ils ont bien failli manquer OM / Metz vendredi dernier (victoire de Marseille 6-3)

À peine 24 heures pour se retourner

Le problème ? C'est qu'ils ont appris seulement le matin du match que leur groupe (les Yankees) était frappé d'un huis-clos par la LFP, pour utilisation d'engins pyrotechniques lors de rencontres précédentes de l'Olympique de Marseille (Face à Saint-Etienne et Troyes). 

Sanction infligée aussi aux Fanatics, également Virage Nord d'ailleurs, mais aussi au CU84 (Virage Sud). La Ligue de football professionnel n'a pris la décision que la veille, dans la soirée. Le jeudi donc, alors que le match était programmé le vendredi

"On était à l'hôtel. Le matin du match. Je l'ai appris par texto, par mon responsable de section. Il me dit : il faut que tu rachètes des places. C'est à huis-clos, la la décision de la Ligue de football professionnel n'est tombée que la veille au soir vers 22h30. Si je n'avais pas eu la réservation d'hôtel, et si je l'avais su dans la nuit, j'aurais fait demi-tour sur la route et je ne serais pas venu." Daniel

Daniel et Catherine ont préféré racheter des places en plus de leur abonnement, pour contourner le huis-clos qui frappait notamment leur groupe, les Yankee, lors de OM / Metz. Reportage FB Provence

Comme ils avaient déjà réservé leur hôtel, et qu'ils étaient, surtout, déjà sur Marseille, Daniel et Catherine n'avaient plus que deux options : faire une croix sur le stade Vélodrome et regarder le match devant un écran de télévision, ou racheter d'autres tickets en doublon de leur abonnement, pour s'installer dans une autre tribune.

Ils ont vite tranché : 40 euros de plus, chacun, pour échapper ainsi au huis-clos et pouvoir malgré tout encourager leur équipe. En clair, payer deux fois leur entrée, même si ça paraît ubuesque 

"Je ne comprends pas. Il y a quelques supporters qui mettent des fumigènes, et c'est tout un groupe qui est sanctionné." Catherine

Ils ne protesteront pas auprès de la LFP, ne demanderont pas non plus un geste de la part de la direction de l'OM.

Si vous aviez encore un doute sur leur passion pour l'OM, suivez bien Bourg-Péronnas / OM, ce mardi en 8e de finale de Coupe de France. Vous les entendrez ou les reconnaîtrez peut-être : ils font encore le déplacement, et seront à nouveau en tribune pour aller supporter l'Olympique de Marseille

"C'est mon médicament, l'OM. Si j'ai un coup de blues, je viens là et j'oublie tout pendant deux heures. C'est le pied !" Daniel