Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le rassemblement contre la proposition de loi "sécurité globale" réunit 300 personnes à Périgueux

-
Par , France Bleu Périgord

A Périgueux 300 personnes ont répondu ce samedi à l'appel de la Ligue des droits de l'Homme. L'association organisait un rassemblement contre la proposition de loi "sécurité globale".

300 personnes ont manifesté le samedi 21 novembre à Périgueux en Dordogne contre la loi "sécurité globale"
300 personnes ont manifesté le samedi 21 novembre à Périgueux en Dordogne contre la loi "sécurité globale" © Radio France - Emmanuel Claverie

300 personnes se sont rassemblées samedi 21 novembre devant l'arbre de la liberté à Périgueux à l'appel de la Ligue des droits de l'Homme pour dire non à la proposition de loi "sécurité globale" dont la mesure la plus controversée, pénalisant la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre, a été adoptée vendredi soir à l'Assemblée nationale.

Je trouve ce qui se passe en ce moment assez inquiétant, avec des espaces de liberté qui se restreignent" - Léna, une participante  

300 personnes ont répondu à l'appel de la Ligue des droits de l'Homme
300 personnes ont répondu à l'appel de la Ligue des droits de l'Homme © Radio France - Emmanuel Claverie

Parmi les participants, des militants de la Ligue des droits de l'Homme, d'Amnesty International, des membres du Parti communiste, du NPA, de la France Insoumise, des adhérents de la CGT, de la FSU ou encore des représentants de la Fédération anarchiste, des journalistes, actifs ou à la retraite. Âgée d'une vingtaine d'années, Léna, elle est venue "comme simple citoyenne". Cette habitante de Périgueux "trouve ce qui se passe en ce moment assez inquiétant, avec des espaces de liberté qui se restreignent, ça fait assez peur" estime-t-elle. Non loin de là, Adam lève lui une pancarte sur laquelle on peut lire "une police clean n'a pas peur des caméras" en référence à l'article 24 controversé. 

L'article 24 pointé du doigt

Ancien patron de presse et ancien président à huit reprises de la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels, qui attribue en France les cartes de presse, Richard Lavigne est lui aussi venu faire part de ses inquiétudes pour la profession. "Cette loi est dangereuse pour ce métier mais aussi pour tous les citoyens précise-t-il. Parce que c'est une loi qui ouvre plein d'exceptions, qui donne des pouvoirs même à des vigiles, aux polices municipales, qui shunte de plus en plus la justice. C'est une loi qui est dangereuse, et beaucoup de dérapages d'une minorité de policiers auraient été inconnus avec une loi comme celle-là. Et bien entendu, ajoute-t-il, il n'y a pas besoin d'accréditation de journalistes autre que la carte de presse, qui est une pièce d'identité officielle de la République

Deux manifestants avec une pancarte inspirée par une citation de Benjamin Franklin
Deux manifestants avec une pancarte inspirée par une citation de Benjamin Franklin © Radio France - Emmanuel Claverie

Tous les outils des structures totalitaires sont utilisés dans ces lois" - Franck Merlin-Anglade, président de la section de la Ligue des Droits de l'Homme pour le Grand Périgueux

L'article 24 a été adopté vendredi soir par l'Assemblée nationale avec des garanties du gouvernement sur le "droit d'informer".  Mais plus largement, c'est toute la loi "sécurité globale" qu'il faut supprimer estime Franck Merlin-Anglade, président de la section de la Ligue des Droits de l'Homme pour le Grand Périgueux. Pour lui, au delà de l'article 24, "on reste sur du contrôle et de l'interdit. Il reste toujours les autres articles qui ouvrent la possibilité aux structures de sécurité privée de pouvoir produire des procès verbaux, de pouvoir arrêter les gens. Il y a également ces transferts de compétences de la police nationale vers les polices municipales. C'est un texte de loi qui nous promet un avenir de contraintes, un avenir sécuritaire, un avenir où la police sera partout et où le citoyen est oublié. On est dans un pays avec un gouvernement qui ne fait pas confiance à ses citoyens, c'est aberrant!" conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess