Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le ravalement de façade bientôt obligatoire à Limoges

mardi 3 octobre 2017 à 18:10 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Les ravalements de façade devraient bientôt être obligatoires à Limoges. La mairie vient d'écrire au préfet pour que la ville soit inscrite sur la liste départementale des communes habilitées à imposer le ravalement des façades tous les 10 ans. Une simple formalité qui devrait aboutir d'ici 6 mois.

La mairie veut accélérer embellissement du centre ville en rendant le ravalement de façade obligatoire
La mairie veut accélérer embellissement du centre ville en rendant le ravalement de façade obligatoire © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

La ville de Limoges veut rendre obligatoire les ravalements de façade. Elle vient d'écrire au préfet pour que la ville soit inscrite sur la liste départementale des communes habilitées à imposer le ravalement des façades tous les 10 ans. L'idée étant de pousser les propriétaires et copropriétaires récalcitrants à le faire, en particulier dans l'ultra centre. Les mesures incitatives ne suffisant pas.

1 700 façades ravalées avec subventions de la ville depuis 2002

Depuis 15 ans, la ville subventionne 20% du coût des ravalements de façade. Cela va même jusqu'à 30% dans le centre historique. Cela a facilité le ravalement de 1 700 façades. Mais le compte n'y est pas aux yeux de la mairie qui fait de l'embellissement de l'ultra centre, un enjeu majeur pour l'attractivité de la ville. D'où cette demande pour avoir le droit de rendre le ravalement obligatoire.

Un courrier sera d'abord envoyé aux propriétaires concernés, pour leur demander de lancer les travaux. Ils auront 6 mois pour répondre. Si la réponse est oui, le dossier sera monté avec la ville qui versera les subventions à la fin du chantier. S’il n'y a pas de réponse ou que la réponse est non, il y aura notification d'un arrêté avec obligation de faire les travaux dans un délai d'un an. S’il n'y a toujours rien de fait, il y aura saisine du tribunal de grande instance pour que la ville soit autorisée à faire les travaux elle-même. Avant de les facturer aux propriétaires. Si les travaux ne sont pas remboursés, les sommes pourront être saisies.

La ville va lancer plusieurs campagnes par secteurs

Sachant que la mairie va procéder par secteurs, en cohérence avec les travaux réalisés sur la voie publique. Cela reste à valider mais la première zone devrait être celle des rues piétonnes du centre-ville, qui viennent d'être refaites. Devrait s'en suivre le secteur de la place de la république à l'horizon 2022, puis la rue Jean Jaurès et enfin les boulevards, notamment Carnot et Gambetta.

Quand la mairie aura une réponse favorable de la préfecture, il y aura une nouvelle délibération pour définir plus précisément les rues, les immeubles et les façades concernées par la première phase de ravalement obligatoire. Tout cela se fera en concertation avec l'architecte des bâtiments de France, notamment en ce qui concerne les couleurs ou les matériaux utilisés.