Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le rebelle tchadien, arrêté en Mayenne, relâché et placé sous le statut de témoin assisté

-
Par , France Bleu Mayenne

Abakar Tollimi, arrêté lundi matin en Mayenne, un rebelle opposant au régime tchadien, a été placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté. Il a été interrogé dans une affaire de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Abakar Tollimi.
Abakar Tollimi. © Radio France - Blog Conseil National de la Résistance pour la Démocratie

Laval, France

Un important chef rebelle tchadien, opposant au président Idriss Déby Itno au Tchad, a été mis en examen ce vendredi soir à Paris "crimes contre l'humanité" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime contre l'humanité".

Le général Mahamat Nouri, 72 ans, considéré comme l'un des plus influents chefs rebelles au régime du président tchadien, a été arrêté lundi matin dans le Val-de-Marne, il a été placé en détention provisoire.

Un deuxième suspect, l'opposant Abakar Tollimi, arrêté également lundi matin en Mayenne, à son domicile à Laval, a lui aussi été présenté à des juges d'instruction après 96 heures de garde à vue, mais il a été placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Recrutement d'enfants-soldats

Ils sont soupçonnés d'avoir diligenté des opérations de recrutements forcés de combattants, dont des enfants-soldats, au Tchad et dans la province frontalière soudanaise du Darfour, entre décembre 2005 et juillet 2010.

Un troisième suspect, Abderahmane Khalifa Abdelkerim, a été remis en liberté mercredi soir "en l'absence d'éléments incriminants", selon le parquet.