Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Refuge ouvre son premier appartement à Besançon pour des jeunes homosexuels rejetés par leurs familles

-
Par , France Bleu Besançon
Besançon, France

L'association Le Refuge du Doubs a ouvert son premier appartement à Besançon pour recueillir les jeunes homosexuels rejetés par leurs familles. Les trois chambres seront bientôt occupées et les demandes d'hébergement ne cessent d'arriver.

Le Refuge du Doubs ouvre son premier appartement à Besançon.
Le Refuge du Doubs ouvre son premier appartement à Besançon. © Radio France - Naïs Esteves

L'appartement sent encore le neuf. Il a été refait par l'association Le Refuge du Doubs pour pouvoir accueillir sur Besançon les jeunes homosexuels mis à la porte par leurs parents. C'est un abri de trois places, indispensable pour éviter qu'ils ne finissent dans la rue, "avec le risque de la drogue, de la prostitution, des agressions", explique Bernard Bressand, le tout nouveau délégué de l'association pour le Doubs.

En plus de cet appartement-relai, l'association effectue un suivi global des jeunes entre 18 et 25 ans "pour trouver un emploi, continuer ou reprendre des études, s'en sortir seul et avoir son propre logement, poursuit Bernard Bressand. Pour ça, nous travaillons avec des assistantes sociales et des psychologues, tous bénévoles", jamais assez nombreux pour répondre aux nombreuses sollicitations des jeunes mis à la porte. "Surtout depuis les manifestations contre le mariage pour tous, constate le délégué de l'association. Ça a libéré la parole homophobe et on a eu plus de demandes pour des jeunes qui découvrent du jour au lendemain des valises devant la maison".

Tu as deux semaines pour partir"

C'est presque ce qui est arrivé à Lauralie en avril 2016 : "Mon père m'a menacé de me virer de chez lui. Il m'a dit précisément 'tu as deux semaines pour partir'". Cette jeune femme de 19 ans est née "Jérémy". Son désir de changer d'identité n'est pas passé aux yeux de sa famille. Elle a donc pris les devants et a trouvé Le Refuge : "Quand j'ai lu certains témoignages qui expliquaient qu'ils aidaient et logeaient si possible les jeunes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres ndlr) qui étaient virés de chez eux à cause d'une incompatibilité on va dire, j'ai directement appelé au national et on m'a fixé un rendez-vous. J'y suis allé et ils m'ont trouvé l'appartement dans la soirée, en urgence."

Et après 45 jours dans les lieux, avec d'autres jeunes, "j'ai l'impression de retrouver une famille. Ma famille ne m'a pas soutenu dans mon projet de changement d'identité alors que là on me soutien et on m'apporte ce dont j'ai besoin."

"Avec Le Refuge, j'ai l'impression de retrouver une famille."

Lauralie a trouvé une nouvelle famille au Refuge de Besançon.
Lauralie a trouvé une nouvelle famille au Refuge de Besançon. © Radio France - Naïs Esteves

Le Refuge apporte ce premier abri avec un toit, dans cet appartement ou en appart-hôtel. Mais pas seulement, puisque l'association Le Refuge fait un suivi global des jeunes. "Ce suivi se fait bien sûr en collaboration avec les jeunes. Ils ne sont forcés à rien mais ils sont obligés d'accepter un suivi quand ils viennent au Refuge et qu'on les héberge. On ne les laisse pas comme ça, ce n'est pas l'hôtel où ils viennent se reposer et puis après ils mènent la vie qu'ils veulent",explique Bernard Bressand.

"Donc on les héberge sur des contrats d'une durée d'un mois renouvelable jusqu'à six mois, continue le délégué de l'association pour le Doubs. Après, on ne les met pas à la porte mais c'est l'objectif de leur permettre de trouver une solution dans les six mois, soit d'hébergement soit un retour en famille... même si c'est malheureusement rarement le cas, ça peut arriver."

Les jeunes hébergés ont un suivi global par les bénévoles de l'association.

Ce retour au domicile parental n'est pas dans les projets de Lauralie. "Moi, l'objectif c'est plutôt finir mon bac pro (informatique) avant de poursuivre sur un BTS, m'installer avec ma petite copine et retrouver une autonomie personnelle." Après tous ces projets, elle compte aussi s'engager en faveur de l'adoption d'enfants par des couples homosexuels. Lauralie souhaite aussi pouvoir congeler pour avoir plus tard des enfants biologiques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess